Qu'est-ce que la philo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qu'est-ce que la philo

Message par chapati le Lun 27 Mar - 7:47

Je suis toujours surpris qu'à chaque fois qu'on discute d'une définition de la philosophie, on ait toujours droit au même refrain sur la sagesse, et paré des mêmes ambiguïtés quant à sa nature, qui va en gros de l'état de Bouddha à une sagesse mondaine où il serait question d'être équilibré, tempéré etc. Bref il semblerait qu'on bute toujours sur cette fameuse traduction "d'amis de la sagesse".

Or dans l'imagerie populaire des grecs, le sage me semble être la figure d'un accomplissement intérieur, mais bien envisagé dans une dimension religieuse, spirituelle, pas du tout sociale. En tous cas, c'est ainsi que c'est employé en Inde par exemple, où un polythéisme est encore vivant (reste à savoir jusqu'où l'on peut comparer la religion en Inde aujourd'hui et celle en Grèce il y a plus de deux mille ans).
Or le problème du présumé "sage" de type religieux, c'est que rien n'interdit qu'il soit stupide. Aussi je me demande si ce n'est pas pour se démarquer que se serait érigée la philosophie grecque, en contre-pouvoir face à l'influence religieuse s'accaparant l'idée du sage pour en faire un idéal humain, un exemple religieux à suivre. Car les philosophes n'ont rien contre la sagesse, mais sans doute pas au prix de l'aveuglement.

Si tel était le cas, la notion de "philosophe" pourrait être antérieure à l'idée de "philosophie". Sinon où faire la césure entre sage et philosophe ? Le philosophe est certes supposé vivre en cohérence avec sa pensée, mais le sage aussi... et d'autre part on ne peut pas dire que la religion ne soit en rien une philosophie, dans la mesure où elle induit des modes de vie comme de penser. La philosophie aurait-elle été une réaction face au pouvoir religieux, contre le système religieux, contre l'abus de transcendance ? (et finalement du même type que la lutte qui se produira 2000 ans plus tard entre science et religion)

On ne voit guère en tous cas nos "philosophes" actuels se bousculer pour écarter l'ambiguïté, pas mécontents peut-être de se voir octroyer le qualificatif de "sage" et de parler sous son auguste apparat. Mais "ami de la sagesse" n'équivaut en rien à "sage". Entre les deux peut-être y a-t-il la place de l'autre, en l'occurrence l'ami... qui fait que la sagesse aujourd'hui ne semble plus vraiment référer à une quelconque "hauteur de vue spirituelle".

(à suivre)

chapati
Admin

Messages : 57
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que la philo

Message par chapati le Ven 19 Mai - 4:38

Maintenant si Villani a raison sur les presocratiques (c'est ici), ça pourrait modifier la donne. A savoir que Platon pourrait être une réponse, même un rappel à l'ordre, à une volonté d'immanence des presocratiques, qui seraient eux les initiateurs (?) de la philosophie.

(j'avoue que je sais pas trop quoi en penser, ce d'autant vue mon inculture... ET sur les presocratiques)

En fait, soit on est dans un contexte religieux de type plus ou moins "actuel" (comme je l'avais imaginé), et alors les presocratiques seraient (par rapport à ce qu'en dit Villani) une réminiscence d'un sacré de type tribal, holistique ; soit dans un contexte encore très "archaïque", et ils seraient les sages ou les philosophes de ce contexte (holistique) là.
(ou encore "entre" les deux : un mélange des deux ?)

J'en sais rien, en fait.

chapati
Admin

Messages : 57
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que la philo

Message par chapati le Sam 20 Mai - 10:23

Socrate...

... pour les premiers chrétiens - comme d'ailleurs dans la littérature islamique - son procès incarne l'affrontement fondateur entre le paganisme traditionnel et le monothéisme, dont Socrate aurait été le héraut, alors qu'à l'époque des Lumières Socrate devient l'incarnation de la libre pensée confrontée à l'intolérance de l'Eglise. A la Renaissance, l'Arétin en fait la victime d'un régime corrompu, dominé par des masses ignares, tandis que deux siècles plus tard, pendant la Révolution française, Collot d'Herbois fera au contraire de Socrate un vertueux sans-culotte, victime des aristocrates et des prêtres (...) Pour la plupart des Athéniens, Socrate était un sophiste. Vingt-quatre ans avant son procès, Aristophane, dans "Les nuées", en fait même le sophiste par excellence (...) sa condamnation s'explique aussi en partie par le contexte politique athénien. A la fin de la guerre du Péloponnèse, les partisans du régime oligarchique profitent du soutien des troupes spartiates pour renverser le régime démocratique et instaurer durant quelques mois ce qui s'avère rapidement être une pure tyrannie, connue sous le nom de régime des Trente. Le procès de Socrate se déroule quatre ans après ces événements, à un moment où le camp démocrate, désormais tout-puissant, désire solder ses comptes avec ses anciens adversaires. A cette date, Socrate est clairement assimilé aux anciens partisans de l'oligarchie dans la mesure où plusieurs de ses disciples (dont Critias, l'idéologue des Trente) ont participé à son instauration (...) Incontestablement, la philosophie politique socratique, d'après ce qu'en rapporte l'ensemble de ses disciples, était hostile aux principes fondamentaux du régime démocratique, le coeur du différend portant sur la place octroyée au savoir dans l'exercice du pouvoir. Socrate pouvait apparaître comme un promoteur du gouvernement des experts, alors que le régime démocratique athénien refusait que la compétence technique puisse être un titre à gouverner (...) l'enseignement socratique, en ce qu'il réclamait une adhésion radicale, presque inconditionnelle, à la figure du maître, attachement procédant d'une véritable conversion de l'être, troublait les Athéniens. C'est en ce sens que Socrate semblait subjuguer une partie de la jeunesse de l'élite athénienne au point de la retourner contre ses pères, comme l'en accuse Aristophane. Certains soupçonnaient même Socrate de profiter de son aura intellectuelle sur certains jeunes Athéniens pour abuser d'eux sexuellement (...) le lien du philosophe avec les adversaires du régime démocratique est évidemment déterminant, mais jamais Socrate n'aurait été condamné si sa pédagogie n'avait paru si subversive pour l'ordre de la cité. Mais il y a peut être une autre raison : Socrate parlait souvent de son daimonion, cette figure de nature divine qui se manifestait régulièrement à lui et critiquait les rituels du polythéisme grec, notamment les sacrifices et les offrandes. On ne peut tout à fait exclure que se soit développée à Athènes l'idée que Socrate était le promoteur d'une nouvelle "théologie" qui mettait en danger la religion traditionnelle.

http://www.lepoint.fr/culture/socrate-ennemi-de-la-democratie-22-08-2013-1812427_3.php


Voyons en parallèle le point de vue de Platon sur la démocratie :
Mais n’est-ce pas le désir insatiable de ce que la démocratie regarde comme son bien qui perd cette dernière (ie, la liberté) ? En effet, dans une cité démocratique, tu entendras dire que c’est le plus beau de tous les biens, ce pourquoi un homme né libre ne saurait habiter ailleurs que dans cette cité. (…) Lorsqu’une cité démocratique, altérée de liberté, trouve dans ses chefs de mauvais échansons, elle s’enivre de ce vin pur au-delà de toute décence ; alors, si ceux qui la gouvernent ne se montrent pas tout à fait dociles et ne lui font pas large mesure de liberté, elle les châtie, les accusant d’être des criminels et des oligarques. Et ceux qui obéissent aux magistrats, elle les bafoue et les traite d’hommes serviles et sans caractère. Par contre, elle loue et honore, dans le privé comme en public, les gouvernants qui ont l’air d’être gouvernés et les gouvernés qui prennent l’air d’être gouvernants. N’est-il pas inévitable que dans une pareille cité l’esprit de liberté s’étende à tout ? Qu’il pénètre dans l’intérieur des familles, et qu’à la fin, l’anarchie gagne jusqu’aux animaux ? Que le père s’accoutume à traiter son fils comme son égal et à redouter ses enfants, que le fils s’égale à son père et n’a ni respect ni crainte pour ses parents, parce qu’il veut être libre, que le métèque devient l’égal du citoyen, le citoyen du métèque, et l’étranger pareillement. (…) Or, vois-tu le résultat de tous ces abus accumulés ? Conçois-tu bien qu’ils rendent l’âme des citoyens tellement ombrageuse qu’à la moindre apparence de contrainte ceux-ci s’indignent et se révoltent ? Et ils en viennent à la fin, tu le sais, à ne plus s’inquiéter des lois écrites, afin de n’avoir absolument aucun maître. Eh bien ! c’est ce gouvernement si beau et si juvénile qui donne naissance à la tyrannie. (…) Ainsi, l’excès de liberté doit aboutir à un excès de servitude, et dans l’individu, et dans l’Etat. "

La République : http://mobile.agoravox.tv/culture-loisirs/culture/article/critique-de-la-democratie-45689

chapati
Admin

Messages : 57
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que la philo

Message par chapati le Dim 4 Juin - 7:26

Bref chercher à définir la philosophie par rapport à une sagesse c'est poser particulièrement mal le problème. La philosophie n'est pas une discipline se devant de référer à je-ne-sais quelle fin - qui aurait d'ailleurs valeur de transcendance. La philosophie est une activité.
Philosopher c'est penser.

Non pas penser à quelque chose, c'est-à-dire "raisonner", non pas polémiquer, non pas faire acte de logique, mais penser depuis le chaos de l'incapacité d'agir de l'idiot qui est au fond de chacun d'entre nous, en en remplissant au mieux l'effrayant vide qui court depuis l'absence de sens.
Tracer un plan d'immanence qui recoupe le chaos, en termes deleuziens.

Deleuze a cette phrase, comme quoi "penser suscite l'indifférence générale"...

Le philosophe est celui qui crie la pensée pour ce peuple qui manque.
("tant d'êtres et de choses pensent en nous" - Logique du Sens, p 347).

.

chapati
Admin

Messages : 57
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Qu'est-ce que la philo

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum