WANTED : mort ou vif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

WANTED : mort ou vif

Message par chapati le Jeu 5 Oct - 10:21

La fatwa des occidentaux a été lancé contre Christine Angot, qui a osé s’en prendre au discours normatif des néo-féministes. Tue tue, mort mort ! Des milliers d’appels à la haine, une pétition, et même l’intervention d’une secrétaire d’état pour s’indigner qu’on ait osé toucher à la parole sacrée. Une même secrétaire qui voulait que n’importe quel Pinot simple flic puisse donner une amende aux harceleurs qui embêtent les femmes dans la rue, la brave fille. L’autre jour, une dame qui depuis s’est faite euthanasier en Belgique, expliquait dans une interview qu’elle s’était adressé lors de la campagne présidentielle à tous les candidats pour soulever le problème de l’euthanasie en France. L’équipe de Macron lui aurait répondu en substance que l’éthique, c’était pas dans son programme. Hop là ! Z’auraient effectivement mieux fait de poursuivre dans cette voie et de pas s’occuper de ce genre de chose, ou alors de prendre des gens qui pensent pour le job.
Dans le concert médiatique d’appels au lynchage, soulignons le point de vue de Léa Salamé, clair et à peu près totalement isolé, qui a eu le bonheur de trouver le terme de chasse à l’homme...
Tous les délires sont bons pour défendre la malheureuse Sandrine Rousseau, en particulier le courage dont elle aurait fait preuve. On se croirait en Arabie Saoudite (comme toujours avec les néo-féministes). Quel courage que de dénoncer les connards qui maltraitent les femmes, d'assumer d'avoir été agressée ! Hier on voyait à la télé une petite qui avait fait un stage chez Daesh et qui depuis courait notre douce France pour mettre en garde contre ces gens-là. Là oui, c’est "courageux" (les mots ont un sens).
Alors ils veulent des excuses publiques, que madame Angot fasse acte de repentance, ils veulent l'humilier elle (du pain et des jeux). C'est ça qu'ils veulent, hurlent en meute : avoir raison, avoir raison contre l'autre. En plus dans ce n’importe quoi ambiant, tous ou presque s’entendent pour dire qu’ils n’ont rien compris à ce qu'elle voulait dire, Angot. Formidable. On a même vu à la télé un intervieweur qui y revient deux ou trois fois, interloqué que la personne en face lui réponde que si, elle a très bien compris. Les types assument ne pas comprendre ce qu’elle a voulu dire mais ça les empêche pas de la condamner, c’est beau l'occident.
Madame Rousseau - évidemment persuadée de son bon droit et de l’importance de son livre - revient du coup raconter à la télé que dans quelques décennies, quand le monde sera à la hauteur de comprendre les bouleversements majeurs que son noble combat ne peut qu'induire, l’épisode Angot sera compris et révélateur du chemin accompli. Ben voyons. D’autres encore parlent des hommes qui, tels des musulmans modérés vis-à-vis des jihadistes, n’oseraient pas dénoncer les connards qui sont la honte de la gente masculine (on est en plein délire) : les "types biens" donc, en souffriraient, de cette image de gros macho à la con de certains de leurs congénères. C’est beau. C'est surtout très très con. Désolé j'y crois pas. Je crois pas qu'il y ait un : "nous les hommes" à hauteur du "nous les femmes" que veulent imposer les néo-féministes. Madame Angot parle d'êtres humains, oui je préfère. Ailleurs encore, on édite des circulaires pour expliquer aux Pinots simples flics la différence entre drague lourde, harcèlement et agression. Le progrès est en marche.
Donc ils comprennent rien et ils jugent. Rien de neuf à l’Ouest.
Ça les dérange de rien comprendre ? Ben non pas vraiment. Faut-il en rire ? Difficile, désolé.
On imagine par exemple aisément le traitement qui aurait été fait si madame Angot avait été un homme. Là c’était la corde direct. Bon, les circonstances atténuantes devraient jouer, madame Angot ayant elle-même eu à faire avec ce problème : non pas poussée contre un mur et pelotée à l’insu de son plein gré, mais régulièrement violée par son père. Les experts lui accorderont que malgré tout elle sait un peu de quoi elle parle, à défaut d’être capable de se faire comprendre par les Pinot nationaux qui gèrent les médias français, jusqu’à visiblement être infiltrés dans nos ministères publics.
Angot a certes pété les plombs. Ce qu’elle a dit ? Un détail bien sûr : incompréhensible donc. Elle aurait humilié, voilà. La preuve : l’autre pleurait ! Ah que voilà bientôt une nouvelle jurisprudence : la femme a pleuré, donc elle est victime (et l’autre bourreau). Outreau encore et encore. Son collègue, l’autre bourreau donc, celui assis à ses côté, a dit à peu près la même chose, mais en tant qu’homme et donc avec la lâcheté minimale qui sied, a expliqué qu’un livre c’était pas un discours, une acte politique. Il a en outre osé dire qu’on ne voyait pas dans le livre de Rousseau son histoire à elle (plaquée contre un mur etc). Ben oui, sans doute que c’était mieux pour le discours que de reprendre les témoignages des femmes qui elles, en prennent effectivement plein la gueule avec des salopards ; faut croire que ça parlait plus, dans l'ordre du discours. Donc.
Bref, Rousseau a fait sienne ce combat (plutôt noble par ailleurs, puisqu’il me faudra justifier ce texte, selon les critères actuels), combat qui visiblement l’occupe depuis l’écriture de son livre voire ses démêlés avec l'autre écolo. Sans doute peut-on lui faire crédit d’avoir effectivement été traumatisée et lui souhaiter la meilleure des résiliences. Il n’empêche : non madame Rousseau, dans une société d’êtres humains, on n’a pas à devoir "former des gens" pour écouter la souffrance. La souffrance des hommes, on en est conscient ou pas. On est capable d'écouter ou pas. C’est évidemment insupportable que d’entendre l’indifférence et le jugement en guise de "fraternité" (comme on dit), mais on en est bien là (je passe ici sur la liberté et l’égalité, y’a assez à manger pour aujourd'hui).
Alors oui, ne pas entendre d’âme sœur quand on est au fond de la souffrance, c’est abominable. Juste que c’est exactement ça, une civilisation de juges : c’est ça le jugement, le jugement permanent de l’occidental, de l'occident !
On n’écoute pas, on interprète.

Non, décidément, j'aime pas les fatwa...

chapati
Admin

Messages : 67
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum