#balancetonporc

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Ven 31 Aoû - 20:11

Depardieu
Gérard Depardieu, est à son tour accusé de viols et agressions sexuelles par une jeune comédienne. La plaignante est une comédienne et danseuse d'une vingtaine d'années qui n'a pas souhaité s'exprimer.
"Gérard Depardieu conteste absolument avoir commis la moindre infraction ou le moindre comportement délictueux", selon son avocat Hervé Temime.
 Le réalisateur Dominique Besnehard a émis des doutes sur l'accusation et apporté son soutien à Gérard Depardieu, "personnage rabelaisien, baroque mais aussi attentionné". Sur sa page Facebook, il écrit : "A quel moment ces apprenties comédiennes arrivistes vont elles cesser de proférer des accusations pour se faire connaître."
La réponse est simple, quand ça leur coûtera bonbon de diffamer les gens. Quand elles risqueront par exemple ce qu'est en train de subir Tariq Ramadan. Pas avant. Risquer un mois de salaire pour sortir de l'anonymat, c'est encourager la délation.
Ou alors quand on n'encouragera plus n'importe qui à dénoncer anonymement n'importe qui. C'est-à-dire quand le mouvement #metoo sera définitivement discrédité à force de scandales.

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Sam 15 Sep - 10:26

La première du raout organisé par Marlène Schiappa a été un brin parasitée par les détracteurs médiatiques de #MeToo.
L’université d’été du féminisme, organisée par Marlène Schiappa s’est déroulée exactement comme on pouvait s’y attendre. Les expertes, les représentantes d’associations et les militantes ont exposé des propos constructifs dans une ambiance sereine ; les «figures controversées» ont tenu des discours insensés qui n’ont fait que rabaisser la teneur des débats.
Dans la première table ronde consacrée aux actions nécessaires à mettre en place après #MeToo, le capitaine de police Laurent Boyet a tout de même été obligé de rappeler à la journaliste-essayiste Peggy Sastre que «#MeToo ne fait pas peur aux hommes, mais aux agresseurs».
De même, la philosophe Martine Storti a dû utiliser son – précieux – temps de parole pour rétorquer à Elisabeth Lévy que non, «le récit délivré par #MeToo n’est pas victimaire puisque les femmes osent justement prendre la parole», que non, «il n’y a indifférenciation des sexes dans les inégalités de salaires, dans le harcèlement, dans les agressions», que non, «le féminisme n’a pas largement gagné mais que le combat ne fait que commencer».
Sans parler du prof beau parleur Raphaël Enthoven, invité en grand seigneur pour monologuer seul sur scène durant vingt minutes – et non débattre autour d’une table –, qui en a profité pour expliquer au reste de la salle ce que devaient être le féminisme et ses manières d’exister.
Bien sûr, ces blablateurs à buzz n’ont pas totalement confisqué les deux jours de débats. Reste tout de même à espérer que la deuxième édition affine son casting pour que les féministes n’aient plus à justifier de leurs combats avant d’entrer dans le vif du sujet.

http://www.liberation.fr/france/2018/09/14/universite-d-ete-du-feminisme-cherchez-la-flamme_1678802

Les vingt minutes d’Enthoven n’ont donc pas « totalement » rempli les deux jours de débat (où l’on apprend que les néo-féministes savent compter). La prochaine fois, vous n’aurez qu’à interdire la participation à tout ceux qui sont pas d’accord, et débattre juste entre « expertes » (de celles pour qui un homme sur trois est un agresseur, j’imagine), c’est comme ça qu’on faisait sous Staline et c’était très efficace... et c’est pas des valeurs démocratiques qui vont vous faire réfléchir, pas vrai ? Sinon, mieux, vous n’avez qu’à voter des lois pour les mettre en prison, tous ces gens « au discours insensé » qui osent ne pas penser comme vous.

Oui #metoo, ça me fait peur, et je suis psychologiquement à l’opposé de tout ce qui peut ressembler à un « agresseur ». Et ce qui me fait peur, c’est le sectarisme, le fascisme : #metoo c’est une secte de délatrices anonymes, qui partout d’ailleurs commencent à se retrouver poursuivies pour diffamation. Une insulte aux femmes aussi, particulièrement à celles qui se sont fait violenter, violer, déchiré, humilier, traumatiser. Beauvoir disait qu’on ne naît pas femme, on le devient ? Vous avez du boulot !

Quant aux « propos constructifs » qui auraient été émis : pas une ligne (on aurait été étonné du contraire). Vous avez donc parfaitement exprimé la seule chose qui vous tenait à cœur, la seule chose que vous avez à dire : « ouin ouin, y’a des gens qui pensent pas comme nous, comme moi... j’ai raison et il faut les faire taire : il faut faire taire toute forme d’altérité ». C’est la définition exacte du fascisme.

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Sam 29 Sep - 17:32

L'une dénonce une nouvelle Terreur féministe. L'autre s'interroge sur la possibilité d'une révolution sexuelle. A ma gauche, Laure Murat, essayiste et professeure à UCLA, prix Femina de l’essai, chroniqueuse à Libé. A ma droite, Eugénie Bastié, essayiste, journaliste au Figaro.

C'est en ces termes que commence le papier de la journaliste de l'Obs. Cette femme m'a convaincu, bravo à elle : moi qui râlait sur l'anonymat en général (et celui des #metoo en particulier), là, je vais le le respecter. Par charité et tolérance envers elle, je ne citerai donc pas ici le nom de cette journaliste.
Madame X donc, a tracé un trait à la craie, à gauche, une digne représentante de Libé, à droite, une chose issue du Figaro. A gauche les gentils, les défenseurs des pauvres femmes (Laure Murat) ; à droite, les méchantes et autres abruties du bulbe (Eugénie Bastié), posant ainsi finement le cadre de son article.
Du coup, je réponds...


Terreur Vs. révolution (j'ai numéroté)
Pour Eugénie Bastié : 1/ "Les hommes craignent désormais de se retrouver seuls avec des femmes. Ils redoutent d’être accusés. La peur a bel et bien changé de camp". Sur quoi s’appuie-t-elle? Sur quels faits ? Quels exemples ? Mystère...
2/ Eugénie Bastié fait sienne l’antienne selon laquelle la libération de la parole des femmes mute dangereusement en délation généralisée et règlements de comptes. La fameuse «dérive» de Me Too. (Note: si, aux Etats-Unis, des mesures expéditives ont pu être prises à l’encontre d’agresseurs présumés, en France, le tribunal médiatique ne s’est pas substitué à la justice, que l’on songe par exemple à l’affaire Ramadan.). 3/ Enfin, sur la libération de la parole, la journaliste du «Figaro» a cette conclusion digne des plus mémorables saillies de La Palice: «Il n’est pas sûr qu’‘‘en avoir parlé’’ suffise, et la meilleure manière de lutter contre le viol serait encore de punir les violeurs.» Sans en parler ou les dénoncer, c’est compliqué.
1/ Quel mystère ? Si vous lisiez les journaux au lieu d'y sévir, vous auriez constaté que mille plaintes exposée dans #metoo finissent en eau de boudin, quand c'est pas en procès pour diffamation ; que la parole des femmes, pas plus que celle des enfant lors de l'affaire d'Outreau, n'est d'évangile. Oui je sais, c'est une terrible révélation pour vous.
2/ Pour l'affaire Ramadan. C'est pour vous un modèle du genre ? Formidable ! Mais j'imagine que vous l'avez déjà jugé ? Pourquoi attendre la justice, en effet (...) On emprisonne un type huit mois sur les dires de personnes qui racontent en général n'importe quoi, l'une déjà déboutée pour faux témoignage, la seconde qui livre une version différente tous les trois jours, et vous trouvez ça exemplaire ? Enfin vous n'êtes pas juge, mais journaliste donc (c'est toujours ça de gagné pour la justice).
3/ Pour La Palice, je vous explique, chère madame X, puisque vous avez des difficultés avec le français. L'auteur veut dire qu'il vaudrait mieux être plus sévère dans les jugements des tribunaux que de laisser cours à un mouvement de délation anonyme. Vous comprenez ? Pour ceux qui suivent en tous cas, il s'agit bien sûr de dénoncer les agresseurs, mais pas "comme ça" : pas anonymement ! (parler d'une vérité de La Palice, fallait oser !). Bref, si vous vous faites agresser voire violer : vous portez plainte aux flics, c'est pas compliqué (et/ou vous passez par une associe de défense de femmes battues etc) ! La jurisprudence fera le reste.
Pour Laure Murat, et sur le procès en délation : Au registre du vocabulaire, on observera également la confusion répandue et très dommageable (…) des mots ‘’délation’’ et ‘‘dénonciation’’. Faut-il rappeler que la délation est une ‘‘dénonciation dictée par des motifs vils et méprisables’’, quand la dénonciation est ‘‘l’action de faire connaître une chose (généralement désagréable)’’?»
Je vous explique encore, pour vous aider à remettre les choses en ordre dans votre tête (où ça a l'air compliqué) : quand on "dénonce" quelqu'un, on le fait en son nom. Vous comprenez ou rien ? Dénoncer sous anonymat, c'est comme une lettre anonyme, vous comprenez ? Vous aimez ça, les lettres anonymes ? Moi pas. Et ça laisse libre cours à toutes les formes de délations (mensonges, diffamations etc). Trop compliqué ? Tant pis. Essayez la rubrique "sports" peut-être...


Galanterie française ou beauferie gauloise
Eugénie Bastié vante la galanterie : "Naguère, toute femme, hormis celle qui vendait son corps, était une citadelle dont il fallait faire la conquête suivant des codes parfois extrêmement sophistiqués". Quand Laure Murat elle, dénonce que "le mythe de la séduction à la française sert à couvrir un impensé politique et à faire écran à des problèmes de subordination trop longtemps ininterrogés" (...) Trois Français sur quatre ne distinguent pas harcèlement, blagues salaces et séduction.
Nous y voilà : "ne distinguent pas". C'est qu'on ne drague pas pareil selon les origines sociales, ethniques etc. Et ça, ça veut pas rentrer dans la tête de nos petites parisiennes bon chic bon genre. Alors elles veulent mettre leur code à elle en place, interdire toute autre forme de drague. C'est lourd, un type avec trois neurones dans la tête qui drague ? Ben vi, je confirme (moi aussi je suis dans la séduction raffinée, Marie-Chantale). C'est pas une raison pour le castrer. Parce que c'est comme ça que ça marche avec les ceusses féminines qui ont aussi trois neurones dans la tête. Ça vous choque Marie-Chantale ? Désolé, c'est juste le réel, la vie, le monde. Pas le vôtre peut-être, mais votre monde, c'est justement celui de la galanterie et de la séduction, "branchée, raffinée etc". Mais ça, c'est juste vos codes. Seulement voilà, c'est aussi ceux-là même que vous prétendez combattre en dénonçant les hypocrisies qu'ils peuvent générer (certes souvent réelles). Ben si. Ce sont vos codes, vos modes de vie, ce que vous appelez "la séduction" ! Mais l'autre existe, figurez-vous, avec ses codes à lui. Bref, vous ne savez pas de quoi vous parlez ! Ce qui est de la drague "lourde" pour vous (voire du harcèlement), c'est de la séduction "normale" pour un(e) tri-neuronal. Et me faites pas dire que je défendrais je-ne-sais quel agresseur et autres, ça va bien l'hypocrisie et la calomnie permanente des néo-féministes : stop !


La tribune "Deneuve"
Eugénie Bastié revient longuement sur la fameuse "tribune Deneuve", qui plaidait pour "la liberté d’importuner". Pas franchement des représentantes du lumpenprolétariat, note toujours de façon si pointue madame X, mais cela ne semble pas déranger Eugénie Bastié, qui préfère moquer "une révolte des élites" quand elle évoque #Metoo.
Bien sûr que c'est le fait d'élites, façonné par les élites... mais à caractère populiste, en fait une manipulation obscène : profitez du baratin que je vous vends pour vous "lâcher", c'est-à-dire prendre l'homme pour bouc émissaire de toutes vos peurs, vos difficultés, pour tout ce qui vous perturbe dans votre sexualité et vos rapports aux hommes.

Laure Murat, de son côté, écrit : "De la première à la dernière ligne, outre les questions de classe, de race, ou d’orientation sexuelle jamais abordées, le grand absent de la tribune, c’est le désir féminin, exclusivement soumis à celui des hommes et à la ‘misère sexuelle’ des éjaculateurs du métro. Ni échange possible des rôles, ni réciprocité, ni jeu ne sont au programme de cette ‘liberté d’importuner’, érotisme de la domination à sens unique. Ce qui en fait non pas tant un texte scandaleux mais étonnamment rétrograde".
C'est exactement ce que je viens de dénoncer. Mais pas pour dire aux "races" et aux "classes" qu'elle doivent se plier à vos raffinements marie-chantalesques, mais pour vous inciter à chercher comment ça se passe, chez "les races et les classes" que vous évoquez si finement ici, mais bien entendu sans jamais rien développer, rien penser, rien en tirer. Pauvre Marie-Chantal ! Il y aurait donc selon vous vos potes diplômés et des "éjaculateurs de métro", c'est ça votre vision du monde ? C'est ça votre "réflexion" ? Vous êtes en train de nous dire que madame Catherine Deneuve adore se faire éjaculer dessus dans le métro, c'est ça ? Mais c'est pas vrai. Comment peut-on arriver à un tel caniveau de la pensée !
Et le désir féminin serait soumis aux hommes ? Ben voyons ! On a mille ans de littérature pour dire le pouvoir sexuel des femmes sur les hommes. La réciproque est vraie ? Sans doute, peut-être, quelquefois. Mais la violence, elle est des deux côtés, et vous la niez ; pire, vous voulez l'occulter, l'interdire. Et ne la reconnaître que du côté des hommes, bien sûr ! (c'est effarant) Des éjaculateurs de métro ou des magnats du show-bizz ? C'est ça, les hommes, pour vous ? Bref, c'est votre façon de regarder le monde, pas la mienne (et je parle pas de penser le monde, puisque l'exercice vous est visiblement inaccessible).
Sinon je vous raconterais bien moi, comment ça se passe chez les tri-neuronaux, les "classes" et les "races", comme vous dites si élégamment, mais vous êtes jamais à l'écoute, vous savez tout et vous ne voulez rien entendre. Alors je ne dis rien. Demandez-moi si vous voulez...


De l’art ou du cochon ?
Pour Eugénie Bastié, #MeToo ouvre-t-il la voie à la censure, à l’interdiction d’images ou de textes jugés dégradants pour les femmes. Elle rappelle certaines extrémités auxquelles ont pu mener ces interrogations, notamment la réécriture de la fin de «Carmen» ou la volonté d’une universitaire de juger les classiques à l’aune des critères modernes du consentement. Des cas absurdes, en effet, mais relativement isolés.
Isolés sans doute, mais qui sont la conséquence directe de la bêtise que vous insufflez sur le Monde. Et en l'occurrence jusque des intellectuels qui croient bon de censurer Carmen, c'est-à-dire l'Art, au nom de ces idioties.

Laure Murat est beaucoup moins inquiète. Il ne faut pas confondre "l’exigence critique, indispensable à la vitalité du champ artistique, et le fantasme d’un appel à la censure. C’est une paresse coutumière: crier à l’interdiction, quand il s’agit simplement de porter un regard neuf ou renouvelé, sur une œuvre qui ne devrait rien avoir à craindre".
Je vous vous dire franchement le fond de ma pensée : on s'en tape de votre regard neuf. Votre regard moderne, il vaut pas un clou. Il vaut ou il vaudra(it) quand vous aurez été capable de comprendre le "regard ancien", celui sur lequel vous n'écrivez que des idioties. Vous ne savez rien de ce qu'il se passe "ailleurs" comme de ce qu'il se passait "autrefois". Vous montez en épingle deux trois saloperies bien connues pour vendre votre baratin bon marché, en prétendant que les femmes ont toujours été traitées comme des esclaves, ici et ailleurs. Mais vous ne savez rien, vous ne connaissez rien. Vous ne savez rien de ce qu'il se passe par exemple dans des sociétés dites "traditionnelles", celles où effectivement le rôle "social" est souvent assumé par l'homme. Vous ne savez rien de ce qu'il se passe "en dessous", entre les hommes et les femmes, en vrai. Bien sûr qu'il y a du moche, de la violence etc. Mais il y a aussi mille autres choses que vous caricaturez sans rien connaître. Vous êtes là à faire la leçon au monde, en érigeant en exemple la parité hommes-femmes ou une première ministre femme sous Mitterrand... quand dans ces pays que vous regardez d'un air condescendant, si sûres de vous, des premières ministres femmes, il y en a eu vingt ans avant (Inde, Pakistan). Je répète, vous ne savez pas de quoi vous parlez ! Votre discours est débile et ignorant, et donc tout simplement faux.


"Prologue" ou "conclusion"?
L'essai de Laure Murat pose des questions plus qu’il n'assène des vérités, ouvre des pistes de réflexion en resituant le débat dans une perspective plus vaste. Révélateur de cette démarche prudente, documentée et réfléchie, le dernier chapitre est intitulé «prologue», façon élégante de signifier que le livre est un prélude, un outil pour penser plus loin.
Quelle rigolade. Que #metoo et compagnie fassent parler d'une certaine violence masculine, admettons et j'admet que c'est un vrai point positif. Mais le seul. Parce qu'on a quoi en échange ? Toute cette merde délatrice, tous ces discours immonde du type "un homme sur trois est un agresseur", cette répétition lancinante au sujet d'une "culture du viol"... toutes ces saloperies qui se diffusent et auxquelles d'innocentes gamines croient, par votre faute, de votre fait ! Vous faites avancer les choses d'un centimètre en même temps que vous les faites reculer d'un mètre. Tout ce que vous faites, c'est ériger un mur entre les hommes et les femmes. Et vous êtes parfaitement hypocrite de ne pas le reconnaître, de n'en dire jamais un mot, jamais. C'est une honte, ce mouvement est une honte !

Chez Eugénie Bastié, en revanche, le livre s’achève sur une «conclusion» ferme et définitive. Là, l’auteure avance tête baissée à coup de raccourcis et de punchlines pour servir sa vision du monde. Elle ne formule pas des interrogations, mais une thèse : avec #MeToo, c’est la masculinité occidentale qui est attaquée, ce modèle qui, écrit-elle, "n’a jamais exalté la brutalité envers les femmes. A l’inverse, il a magnifié la tendresse".
Ben oui, c'est sûr qu'elle dit des bêtises aussi, madame Bastié. Bien sûr que c'est pas l'Occident qui a inventé la la tendresse vis-à-vis des femmes, cette blague ! (comme quoi pas besoin de rien savoir ni comprendre pour écrire des livres). Mais le n'importe quoi de madame Bastié n'a pas à s'accompagner d'un panégyrique de l'autre. Et votre article, chère madame X, est parfaitement dénué de la moindre once de réflexion sur quoi que ce soit.


PS : je vote à gauche depuis toujours et suis féministe. Mais sûrement pas "néo-féministe".

https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180928.OBS3102/ou-vont-les-femmes-apres-metoo-le-match-eugenie-bastie-laure-murat.html

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Mar 9 Oct - 9:10

Et encore une interview débile dans l'Obs, de la fondatrice de #balancetonporc, Sandra Muller, où la journaliste n'est pas capable de lui poser LA question du problème de l'anonymat.
Toujours le même foutage de gueule donc.

Et ce à la parution d'un livre dont la jaquette titre fièrement : la peur doit changer de camp. C'est tellement crétin et minable une jaquette pareille ! La peur, c'est clairement pour Sandra Muller celle des femmes. Donc évidemment qu'on comprend que "changer de camp", ça renvoie aux hommes... en lieu et place des agresseurs. Les hommes doivent avoir peur alors, c'est ça ???

#balancetonporc - Page 3 16643417

Et on fait du fric avec ce genre de titre-poubelle ?
Parce que si on a deux neurones dans la tête, c'est pas compliqué : on trouve, on impose un slogan moins con ! (mais les mots, la grammaire, c'est trop compliqué pour une néo-féministe)

Je dézingue même pas (plus) le contenu de l'interview, c'est tellement débile que ça n'en vaut pas la peine (elle amalgame viol et geste inapproprié ; affirme que l'Amérique est décoincée sexuellement sur la base de New-York et la Californie, etc : toujours la même insulte à la pensée).

Et pas une ligne de commentaire pour un peu de recul, trop compliqué pour l'Obs.


Basta !

https://www.nouvelobs.com/rue89/notre-epoque/20181008.OBS3590/sandra-muller-la-france-n-a-rien-compris-a-metoo.html

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Jeu 15 Nov - 5:41

Dans une série de conférences sous l'égide du Monde, on peut regarder celle-ci, et en particulier entre les minutes 5 et 8:30. L’intervention de la dame non seulement nie le côté systématiquement progressiste dont les néo-féministes se targuent d’être en pointe (face à son collègue, qui va dans leur sens en fonctionnant plus a l´ancienne, se faisant son opinion essentiellement à partir des écrits des seules élites), mais surtout décrit la société (parisienne) du XVIII° exactement de la façon dont je vois et parle ici d’autres cultures (et dont je défends la société indienne en particulier) : les gens vivent ensemble et savent à peu près tout de ce qu’il se passe. Par exemple un agresseur (sexuel ou autre) a de bonnes chances de se retrouver tabassé par les hommes du coin là-bas (ou d’être emmené à la police ici, comme au XVIII° siècle à Paris).

On n’est pas du tout dans le discours ambiant qu’on entend sans cesse, où en particulier les journalistes croient que « les choses seraient en train de changer », ici ou là, grâce à je ne sais quel progrès de type prise de conscience ; où n’importe lequel, au terme d’un bref reportage sur le terrain, nous balance que, à l’instar de l’Occident, les femmes commenceraient « enfin » à parler etc. Ce que gobe le badaud moyen. C’est pas comme ça que ça marche (en dehors de quelques revendications collectives, politiques etc).

La réalité, c’est quand « tout est su », comme dit la dame de la conférence (voire tout se voit, donc), ça amène à une loi du silence : plus tout est visible, plus les choses « importantes, dérangeantes » doivent être cachées, tues. Donc les femmes (ou autres), c’est pas du tout qu’elle commenceraient à prendre conscience de quoi que ce soit, c’est que le journaliste en a trouvé une prête à dire devant caméra se qu’elles se disent toutes en confidence depuis toujours ! En confidence, ça veut dire pas à n’importe qui, tout simplement. Parce que plus c’est secret, plus on a envie de le dire, tout simplement. Tout se sait et tout doit être caché en même temps... c’est ce qui explique en particulier l’importance ailleurs de la « réputation », qui avait cours en occident autrefois (et persiste encore ça et là). La réputation, c’est pas juste un truc de « petites gens » qui s’occuperaient un peu trop du qu’en-dira-t-on, c’est avant tout une façon de se protéger du fait que tout est su, au final... à mille lieux bien sûr de la vie citadine et a fortiori de celle des élites diverses.

Ainsi une femme qui parlerait par exemple de la violence (relative, en général) des conjoints vis-à-vis des épouses ne traduit aucunement un éveil de la conscience mais commet bien un acte politique, sachant qu’elle sera écoutée. Elle s’exprime, et ce qui lui fait du bien là-dedans, c’est de trahir la loi du silence... avec un étranger bien sûr, ce qui ne mange pas de pain ! Elle ne trahit en fait qu’un secret de polichinelle.

Si on appelle ça du féminisme, autant dire que le féminisme est multi-séculaire !

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Mer 26 Déc - 7:02

Le problème donc, c'est l'anonymat.

Tu peux "balancer" qui tu veux, mais pas sous anonymat. Ou alors il faut que tout le monde ait le droit de balancer tout le monde. Et pas juste les femmes, les hommes. Pourquoi on n'a pas le droit de balancer des médecins ? Ou des juges, ou des avocats, ou des flics ? Parce que les derniers représentent l'institution ? Et alors ? L'institution est au dessus de la loi ?

Alors il y a un porc d'accord, enfin admettons. Mais le flic le juge, ils traumatisent pas eux ? Ils sont pour rien dans le traumatisme (puisque telle est la raison de la sévérité des peines en matière sexuelle) ?

Pour le problème des agressions sexuelles voire des viols, puisque ça passe par une plainte à la police (pas sous anonymat, encore heureux), pourquoi si une fille est raillée au commissariat en venant porter plainte elle n'a pas le droit de balancer le flic en question ? En dehors de l'agresseur bien sûr, chronologiquement c'est bien lui le premier responsable de ce qui fait que justice ne sera jamais rendue ! Et ensuite, pourquoi pas le juge ? C'est bien son boulot de représenter la justice en ce bas-monde (et de l'exécuter). Non ? Si flics et juges faisaient correctement leur travail, il y aurait dix fois moins de problèmes, non ? Oui ou non ?

Et pourquoi ça semble impossible de balancer un juge ou un flic ? Pourquoi ou jusqu'où  "l'institution" peut-elle agresser les "citoyens" au lieu de les protéger ? Et pourquoi ce petit monde est lui-même protégé, pourquoi on protège ceux qui font pas leur job ? Ah oui, il y a des "erreurs"... l'homme est faillible, il a droit à des erreurs. Ok mais jusqu'où les erreurs ? Jusqu'à ce qu'un flic piétine une môme terrorisée parce que sa jupe est un peu trop courte pour qu'elle soit vraiment innocente, et donc crédible ? C'est une "erreur" ça ? C'est une erreur d'être con, d'avoir la psychologie d'une moule ? Et le type plus tard tout gêné de se tortiller à la barre... jusqu'où il a le droit de se tortiller en guise de châtiment ?

Résumons :
-Un agresseur n'a pas le moindre droit à ne pas être conscient (et donc responsable) de ses actes.
-Un juge, un flic ou un médecin a par définition le droit de ne pas l'être !

Voilà pour la justice.
(juge et médecin ont fait suffisamment d'études pour avoir acquis ce droit de haute lutte, c'est le principe)

Donc balance ton porc peut-être (mais pas sous anonymat).
Mais alors aussi balance ton juge, balance ton flic, balance ton médecin !

hashtag

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Jeu 17 Jan - 12:43

Yann Moix

En déclarant «être incapable d’aimer une femme de 50 ans», l’écrivain-chroniqueur a déclenché une tempête médiatique. Ce week-end, il a récidivé, parlant de son aversion du corps féminin vieillissant comme d’une «malédiction». Comme s’il se déclarait irresponsable. Pourquoi alors tant de réactions publiques sur ce qui semble relever de la vie privée ?
Parce que ces réactions suivent une meute déchaînée et complètement abrutie, instaurée et réunie autour de #metoo et incapable de la moindre réflexion.

Derrière le caractère provocateur et exhibitionniste de ses propos (...) C’est bien ce retour de manivelle que se prend aujourd’hui Yann Moix. «Je ne parlais que de moi», se défend-il ce mardi dans Libération. Mais depuis #MeToo, la vaste recomposition politique des pouvoirs sexuels entre hommes et femmes affecte chaque individu. Personne n’y échappe, encore moins une personnalité publique, même au sujet de sa propre vie sexuelle.
D'abord l'exhibitionnisme, c'est à 90% un truc de femmes, ne mélangez pas tout : Moix lui ne faisait que répondre à une question sur ses goûts, voilà tout. Enfin pour ce qui est de la reconstruction des rapports sexuels grâce à #metoo, ça ou allumer un cierge ! M'enfin si vous y croyez...

Malgré l’émancipation féminine des années 70, la sexualité est encore régie par des normes qui encensent le corps des jeunes filles et invisibilisent les mêmes vingt-cinq ans plus tard (...) une surglorification et une érotisation de la jeune fille dans une vaste opération de récupération médiatique et commerciale.
Tout à fait d'accord. Mais gaffe quand même : vous pourriez aussi vous apercevoir au passage que vous êtes les idiotes utiles de cette récupération en participant à une normalisation de la sexualité.

Sorties du champ de la séduction, les femmes de 50 ans ne sont plus des sujets désirants. C’est cette violente exclusion sociale et sexuelle que réactive le seul Moix dans la banalité de ses propos. Un effacement pur et simple du désir féminin mature...
Moix réactive rien du tout. Quant à son analyse comme quoi ses goûts peuvent avoir quelque chose de problématique, si vous étiez intelligente vous la salueriez. Que les jeunes femmes soient sexuellement plus désirables que les moins jeunes est dans la nature des choses, mais devient inévitable dès lors qu'on nous vend la sexualité comme un marché de la consommation du plaisir. Ecrivez donc plutôt sur les rapports entre sexualité et marché du plaisir sexuel (si vous avez quelque chose à en dire) plutôt que de radoter les mots d'ordre débiles de la doxa néo-féministe. Ça serait plus intéressant.

https://www.liberation.fr/debats/2019/01/14/une-polemique-au-dela-de-moix_1702909

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Ven 8 Fév - 17:00

Néo-féministes, chiffres et statistiques
(à partir d'un article de Libé ici).

Selon Muriel Salmona, psychiatre et néo-féministe très engagée, 16% de femmes déclareraient avoir été victimes de rapports et de tentatives de rapports forcés au moins une fois dans leur vie : chiffre retrouvé dans une enquête de l'Inserm. Sauf que selon une autre enquête, faite par l’Institut national d'études démographiques, les chiffres seraient de 3,7%... soit plus de quatre fois moins !


Selon Salmona, 93 000 femmes auraient été violés l’an passé (1), 10% auraient porté plainte (2) pour seulement 10% de condamnation en cour d’assises (3).

1/ 93.000 femmes violées, le chiffre semble cette fois conforme, sauf que selon une mission interministérielle, il rapporte à de femmes "se déclarant" victimes de viols (ou de tentatives de viol), ce qui n'a rien à voir avec parler sans précautions de "femmes violées" (si l'on se réfère aux deux chiffres cités ci-dessus, on voit par exemple qu'on peut théoriquement passer de 93.000 à guère plus de 20.000).

2/ La psychiatre affirme que seules 10 % des femmes violées ("déclarant" avoir été violées, donc) porteraient plainte. Les chiffres des services de police et de gendarmerie sont de 14 268 plaintes pour viols. Selon Libé et l'enquête en question, le chiffre de 93.000 femmes se déclarant victimes de viol ne concernerait que les viols "domestiques", auxquels il faudrait encore ajouter 59.000 déclarations pour les autres viols. Du coup ça ferait 153.000 viols déclarés pour 14.000 plaintes, soit effectivement un ordre de grandeur de l'ordre des 10%. Peut-être, sauf qu'on est toujours là sous le coup de la fiabilité des témoignages lors des enquêtes.

3/ Salmona poursuit en disant que 10% seulement des plaintes aboutiraient à une condamnation en cours d'assises. Le ministère de la justice recense 1266 condamnations aux assises pour viol en 2017. On a donc 14.000 plaintes et 1266 condamnations (et là on n'est plus dans les "déclarations" et les sondages). Sauf que la correctionnalisation des viols relativise complètement ce chiffre : le viol, crime et donc théoriquement jugé comme tel aux assises, est souvent requalifié en agression sexuelle et dès lors jugé en correctionnelle quand les éléments de preuve sont insuffisants, ou encore pour éviter aux victimes le traumatisme d'un procès. Libé nous dit qu'aucun renseignement ne serait disponible quant à la quantité de viols correctionnalisés. Mais une étude menée au tribunal de grande instance de Bobigny estimerait que 46% des agressions sexuelles seraient en fait issues de plaintes pour viols correctionnalisés. Difficile de généraliser la statistique pour tout le pays, commente l'auteur, mais elle permet de se faire une idée.
Peut-être, mais tant qu'à faire de prétendre dire la réalité en faisant parler des "déclarations" (faites par téléphone), autant aller au bout des choses et répercuter la stat des agressions sexuelles à Bobigny sur les stats nationales, quand bien même le procédé est bien évidemment très aléatoire. Or le ministère de l'intérieur dénombre 69000 condamnations pour violences sexuelles prononcées en France sur 10 ans, dont 18% de viols et 75% d'agressions. Donc si (pour voir), on rapporte les chiffres de Bobigny sur ceux-là (75% de 69.000, soit dans les 52.000), ça donne 24.000 condamnations suite à des plaintes pour viol, et donc 2400 par an en correctionnelle à rajouter aux 1200 aux assises. Du coup on arrive à 3600 par an, soit à des années-lumières des chiffres répercutés partout par les néo-féministes (au moins Salmona prend-elle, elle, la peine de préciser : "aux assises"). Non pas de un à dix donc, mais de un à quatre ! 3600 condamnations pour 14.000 plaintes (ce qui, compte tenu de la difficulté à prouver un viol, semble tout sauf manifeste de je-ne-sais quelle "culture du viol" dont nos fières amazones nous rebattent les oreilles).

#balancetonporc - Page 3 2Q==

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Lun 18 Fév - 0:39

Françoise Verges, spécialiste de l’esclavage et de l’histoire coloniale, publie Un féminisme décolonial. Ce qui l’anime : donner les clefs nécessaires pour comprendre que si le féminisme ne combat pas aussi le racisme, il s’enferme dans une idéologie impérialiste et perpétue un système d’exploitation. Le féminisme français, ajoute-t-elle, rejoue la "mission civilisatrice" de la colonisation en voulant imposer aux femmes du Sud des modes de vie occidentaux et refuse de se confronter à l’impensé de la race. Il est fondé sur la conviction de savoir ce qu’est l’émancipation, la liberté des femmes. Il est persuadé d’avoir raison.
(...)
L’attitude envers les femmes voilées est symptomatique. Tout comme cette obsession pour ce qui se passe en Afrique (excision, mariages forcés). L’histoire du voile va déclencher chez elles une réaction incroyable. Les féministe françaises vont fournir aux hommes politiques un vocabulaire de propagande idéologique,qui a du succès, car la question des droits des femmes est consensuelle. Mais elles alimentent l’islamophobie et l’extrême droite. Les droits des femmes deviennent une arme massive, idéologique, néolibérale.

Extrait de : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/02/17/francoise-verges-les-droits-des-femmes-sont-devenus-une-arme-ideologique-neoliberale_5424588_3212.html


chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Lun 25 Fév - 22:24

Les enquêtes pour viol menées contre Philippe Caubère puis Luc Besson ont finalement été classées sans suite. Qu'est-ce qu'on peut en déduire. Rien. Ce peut être de vrais salopards comme des types charmants tout à fait respectueux des femmes, on n'en sait strictement rien. La seule chose qui est sûre, c'est que l'un comme l'autre devront vivre avec ce sceau d'infamie gravé sur leur front.

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Lun 4 Mar - 9:54

Le nombre d’enquêtes judiciaires pour des infractions sexuelles a bondi de près de 13% dans les douze mois qui ont suivi l’éclosion du mouvement #metoo. Selon le bilan annuel du service statistique du ministère de l’Intérieur, les plaintes pour viols ont augmenté de près de 17% en 2018 et celles pour agressions sexuelles d’environ 20%.

https://www.liberation.fr/france/2019/03/03/un-an-apres-metoo-les-enquetes-pour-infractions-sexuelles-en-hausse-de-13_1712762

Plus de plaintes, théoriquement ça devrait vouloir dire qu'enfin on pourrait trouver quelque chose de positif à mettre à l'actif de #metoo : une certaine libération de la parole des femmes, ou une meilleure écoute de la part des flics. Tout ça est néanmoins à considérer avec prudence, les nouvelles normes imposées par néo-féministes ne pouvant que pousser nombre de gamines à croire qu'un baiser volé vaut agression sexuelle.
La judiciarisation des plaintes en hausse de 13% est par contre incontestablement une bonne nouvelle !

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Ven 8 Mar - 9:21

Best of des néo-féministes du jour (ici dans Libé) :

L’époque est historique" (...) Internet a libéré la femme là où Moulinex a échoué (...) liberté d’exposer son corps dans l’espace public (...) il faut juger, punir le viol.
Quelle puissance d'analyse, quelle liberté de ton, quelle révolution dans la pensée ! Une vision, un regard prophétique sur le monde : punir le viol par exemple, une sacrée trouvaille. Une jeune femme assurément en avance sur son temps, à qui l'on peut promettre un bel avenir d'écrivaine. Que dis-je : de penseuse !
(on ne remerciera jamais assez Caroline de Haas sans laquelle tous ces talents n'auraient jamais explosé)


Ne plus différencier hommes et femmes selon des qualités supposées liées à leur sexe mais affirmer qu’en tant qu’êtres humains, nous sommes tous «semblables». Hommes et femmes ne sont pas complémentaires mais égaux. Sous la complémentarité ou la différenciation, il est une «marchandisation» de l’égalité, une dénaturation du principe originel.
Enaurme là encore. Une minuscule objection malgré tout, cette fois : "égaux" ça veut rien dire sauf si l'on ajoute "en droit" (sinon ça fait un peu con). En fait certains esprits démoniaques suggèrent (paraît-il) qu'au contraire, pour comprendre il faudrait différencier (et certes éviter d'en tirer n'importe quoi, mais c'est un autre problème). Mais on peut soutenir le contraire : pourquoi s'emmerder à chercher à comprendre quand on sait que c'est non seulement une démarche fatigante, mais qui plus est aléatoire ?
Un vaste débat  scratch .

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Mar 19 Mar - 12:41

Interpellant Agnès Buzyn, le député Jean Lassalle s'est demandé comment une "ministre femme" pouvait s'associer à la loi santé. Une députée socialiste s'est ensuite dite "choquée" par des remarques jugées "genrées", provoquant applaudissements et protestations de l'ancien candidat. "Monsieur Lassalle, n'en rajoutez pas, ce n'est pas la peine", a ensuite affirmé la présidente de séance Carole Bureau-Bonnard (LREM) pour obtenir le silence de l'intéressé qui voulait répondre.

https://www.nouvelobs.com/politique/20190319.OBS1999/jean-lassalle-critique-pour-des-remarques-genrees-a-l-assemblee-nationale.html
Lassalle ose donc parler d'une spécificité féminine ? Irrecevable. Irrecevable de la part de pseudo féministes qui sans cesse parlent pourtant "au nom des femmes" : il y aurait donc un "au nom des femmes" mais pas de spécificité. Voilà où l'on en est rendu, le principe de non-contradiction étant visiblement au delà de la capacité de compréhension des néo-féministes. A part ça quand Nous-les-femmes parle, on est donc prié de fermer sa gueule.
Mais juste comme ça, une question : de quoi parle-t-on à propos ?
Aucune importance, pas plus à l'Obs qu'au Figaro on ne nous explique le fond de l'affaire. Lassalle a dit que, et basta : voilà pour l'info ! Mais euh, qu'a-t-il dit ? Ça on y a droit quand même (merci) : " comment des ministres peuvent avec une telle constance plonger le pays dans l'état dans lequel ils l'ont plongé depuis une vingtaine d'années. Et quand je pense que c'est des ministres femmes... des femmes qui portent l'enfant, nos mères, nos soeurs, nos filles, qui sont capables de porter des textes pareils (...) Moi j'aurais fait comme Hulot, j'aurais dit 'merde' et je serais parti. J'attends que la dernière s'en aille mener la liste de LREM aux Européennes. Il y aura un peu moins de maternités de fermées peut-être".

De quoi est-il question du coup ? Ben on sait toujours pas. Ça aurait rapport à des maternités fermées et aussi à la loi santé. Et circulez. Le truc donc, c'est de faire passer le mot d'ordre : il est interdit pour un homme de dire "en tant que femme" ; et que les maternités ferment, sans doute que c'est secondaire alors, à l'assemblée, à l'Obs, au Figaro. L'essentiel, c'est la forme (le fond, les actes, tout ça, pourquoi faire ?)

L'info il faut donc la chercher ailleurs... et ça nous ramène à quelques mois, avec une autre intervention de Lassalle contre Buzyn, ici :



Et voilà ! Donc si à propos de déserts médicaux, il est choquant tous genres confondus de voir sans cesse des maternités fermer (alors qu'en plus dans le cas de figure de Lassalle, tous les problèmes techniques de personnel etc semblaient résolus), ça l'est encore plus quand c'est une femme qui soutient ce genre de politique. Voilà ce que soulignait Lassalle. Trop compliqué à comprendre ? Réflexion machiste ? En tous cas, il se trouve qu'au moins, on comprend : on comprend de quoi il est question dans les propos de Lassalle.

Excusez cet appétit de comprendre à l'Obs : on est peu de chose, nous autres humbles lecteurs...

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Mer 29 Mai - 6:22

Procès Sandra Muller

Le 13 octobre 2017, Sandra Muller crée #Balancetonporc, et envoie quelques heures plus tard un propos d'Eric Brion : "Tu as des gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit".

Deux mois après, Brion dit publiquement avoir tenu "des propos déplacés envers Sandra Muller, lors d’un cocktail arrosé très tard dans une soirée, mais à une seule reprises". Il finit en lui réitérant ses excuses.

Aujourd'hui, il la poursuit pour diffamation. "Quelle mouche a piqué M. Brion pour qu’il change à ce point de stratégie ? s’offusque l’un des avocats de Sandra Muller, il a reconnu avoir eu un comportement grossier et blâmable envers ma cliente. Au lieu de se faire discret, il l’attaque en justice".

https://www.liberation.fr/france/2019/05/28/l-initiatrice-de-balancetonporc-jugee-pour-diffamation_1730223

La mouche qui l'a piqué ? C'est simple : c'est que si a chaque fois qu'on ouvre la bouche, on est susceptible de se retrouver en première page des journaux, traqué comme un chien, on rentre dans un monde puant où la délation anonyme (voire mensongère) peut détruire n'importe qui en une seconde.
En clair, ça s'appelle un monde fasciste.
Et il n'y a pas de "stratégie" là-dedans. La seule stratégie ici c'est celle de la délation, et c'est celle portée par Sandra Muller, point. En face, un type dénonce l'inquisition fascisante qui consiste à rapporter en public n'importe quel propos privé. On est en droit de refuser le Big Brother devant lequel bavent d'envie les néo-féministes ! On n'est pas tous des petits flics frustrés dont le fantasme ultime serait de traîner dans la boue tout ce qui serait contraire au moindre de nos caprices.
Personnellement, je n'aurais pas la moindre envie de faire jouir quelqu'un qui m'inspire du dégoût, ou alors vraiment très très bourré. Mr Brion, à jeun, semble en être au même stade de réflexion.

#balancetondélateur

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Jeu 30 Mai - 10:09

(suite)
Sandra Muller a été dépeinte par le camp adverse comme une "menteuse, une affabulatrice, une femme vengeresse, qui a voulu se faire un nom et un bon business en humiliant Brion publiquement".

https://www.nouvelobs.com/notre-epoque/20190529.OBS13688/au-tribunal-sandra-muller-affronte-le-porc-qu-elle-avait-balance-il-dit-avoir-sombre-dans-une-profonde-depression.html
Brion commence par s’indigner contre le "procès fait par les réseaux sociaux" où "tout est permis", où il est "impossible de se défendre". Fatigué, livide, l’homme raconte cette longue descente aux enfers, au cours de laquelle il dit avoir tout perdu, travail, amis, compagne. Il prend toujours des médicaments pour lutter contre la dépression dans laquelle il s’est enfoncé.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/05/30/proces-balancetonporc-la-parole-des-femmes-en-question_5469366_3224.html

no comment






chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Ven 31 Mai - 12:59

(suite)
Maître Szpiner, qui assure la défense de Sandra Muller, évoque des propos "dégradants". Pour lui, cette plainte en diffamation n'est qu'un procès "pour bâillonner celles qui se battent et les arrêter par l'argent".

https://www.lepoint.fr/societe/liberation-ou-diffamation-balancetonporc-devant-les-juges-30-05-2019-2316045_23.php

Passons sur les propos diffamatoires et puants de Szpiner, à propos de l'argent. En quoi est-ce "dégradant" pour une femme que de se voir draguée lourdement ? Qu'est-ce que c'est que cette foutaise ? On voit bien que cet avocat se spécialise dans la défense (et l'attaque aussi, voir le procès Ramadan) des mythomanes and co, ça devrait pas l'empêcher d'être capable d'aligner trois arguments rationnels en guise de plaidoirie. C'est lourd oui, voilà, bon. Et fin de l'histoire.

Sauf que, je l'ai déjà dit, c'est la méthode moyenne de drague de la moitié de l'humanité. En clair, nombre de types seraient incapables de draguer autrement. Et oui, il y a des femmes que ça excite qu'on leur parle de leur seins (ces types-là ne prennent pas que des râteaux). C'est pas moi qui l'ai inventé ! Brion, s'il fut certes lourd, était semble-t-il surtout plus bourré qu'autre chose. On ose imaginer qu'il lui est arrivé dans sa vie de séduire des femmes autrement. Fallait-il les faire témoigner à la barre pour décréter si oui ou non, il a le droit de vivre dans cette société de marioles qui font leur beurre sur l'anonymat et la fibre morale ?

A l'heure où l'on nous vante une société où le sexe ne serait plus tabou, ferait parti des "libertés", où l'on en stigmatise sans cesse d'autres, de sociétés, qui en ont une autre conception, faut-il adjoindre un mode d'emploi, un cadre normatif de drague en dehors duquel on franchirait telle ou telle ligne jaune d'un "bon goût" transformée en injonction ? Faute de quoi, on se retrouverait jugés par la morale normative des petits cons des réseaux sociaux, suivis comme leur ombre par nombre de médias ? Est-ce donc ça la conception de la "liberté" qui serait l'apanage des droits de l'homme ? Mais de qui se fout-on ?


Quant au "je vais te faire jouir toute la nuit", j'ai une anecdote. Une copine qui n'avait pas dit non à un gugusse tentant de gagner l'affaire en employant très exactement la même formule. Elle me rapporte donc la stratégie sémantique dudit gugusse, puis se tourne vers moi et balance : "cinq minutes". On était pliés en deux ! (à part ça non, elle a pas démoli la vie du môme ensuite).

Parce qu'à propos de lourdeur (et de légèreté), qu'est-ce qui est le plus lourd, qu'est-ce qui est le plus dégradant : quelques mots bafouillés bien souvent maladroitement parce qu'on ne connaît pas d'autres façons de faire ou risquer de bousiller la vie d'un homme ?

Le verdict donnera une indication intéressante de ce qu'en pense la société des droits de l'homme.

pig

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Dim 2 Juin - 14:48

Faits divers

Tu t'ennuies dans la vie, tu aimerais avoir du fric, tu as de jolies fesses ? Ne désespère pas ! Arrange-toi pour contacter sur les réseaux les stars des affiches qui ornent les murs de ta chambre. Allume-les puis appâte-les, au besoin avec des photos de ton si joli cul. Une fois ferrés, va faire ce que tu sais si bien faire. Pas de gaffe hein : pas de plainte juste après, trop risqué. La sidération, n'oublie pas bon dieu : sidération ! De mon côté, j'ai trouvé un avocat qui fera chanter l'autre en le menaçant de poursuites pour viol : il sait faire (si c'est toi, ça pourrait être dangereux). En plus, ça préserverait ton anonymat (ça évitera que des salauds te manquent de respect). Sinon le récit est clean, ça passera tranquille. Et un million, c'est peanuts pour l'autre. Pour l'avocat on s'est arrangés : rien à payer en cas d'échec, le paquet pour lui si ça marche.


#balancetonporc - Page 3 52006376_304041776925891_5368475585419657068_n.jpg?_nc_ht=scontent-lhr3-1.cdninstagram.com&se=7&ig_cache_key=MTk5MzU0Njc4NjIwODYxMzAwMw%3D%3D
Bonne chance bébé... papa te regarde..


EDIT (vu le lendemain)
Les avocats de la jeune femme qui accuse de viol le footballeur brésilien Neymar ont rompu avec leur cliente en raison de contradictions dans ses déclarations. Ils indiquent que leur cliente a commencé par leur affirmer avoir eu une relation consentie avec Neymar, mais que ce dernier était par la suite devenu violent et l’avait agressée. Puis, dans sa plainte déposée devant la police brésilienne avec l’assistance d’un autre avocat, la jeune femme "décrit les faits survenus comme un viol, ce qui est totalement différent".

https://www.nouvelobs.com/sport/20190604.OBS13894/neymar-accuse-de-viol-les-avocats-de-la-plaignante-se-retirent-en-raison-de-contradictions.html.


PS : vous l’aurez compris, j’avais bien sûr déliré à partir de cette affaire, exposée ici dans l'Obs d'hier. L’élément manquant pour tout comprendre est dans l´article :
"Il y a quelques jours, Neymar a été victime d’une tentative d’extorsion pratiquée par un avocat de Sao Paulo qui, selon sa version, défendait les intérêts de la victime présumée", a déclaré l’avocat de Neymar.
L’histoire ne dira sans doute pas si mon récit était parfaitement fidèle à la réalité...


Dernière édition par chapati le Mer 5 Juin - 9:36, édité 2 fois

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Mar 4 Juin - 21:15

-L’enquête pour viols et agressions sexuelles visant l’acteur Gérard Depardieu a été classée sans suite.
-L’enquête pour viols et agressions sexuelles d'une comédienne visant Luc Besson a été classé sans suite.
-La plainte pour viol d’une ex-militante Femen contre Philippe Caubère a été classée sans suite.
-Dans deux affaire distinctes, Gérald Darmanin a bénéficié  d'un non-lieu et d’un classement sans suite.

Mes frères, mes sœurs, mes amis, la situation devient insupportable, notre devoir est de réagir ! Il est plus que temps d'aider une catégorie de femmes qui, dans la culture du viol qui caractérise ô combien notre immonde société patriarcale, sont honteusement stigmatisées par des individus machistes et pervers dont on ne dira jamais assez le potentiel de nuisance. Aussi moi Chapati, sain de corps et d'esprit, je lance une pétition afin que les plus hautes autorités prennent enfin conscience du problème sociétal qui court aujourd'hui, et semble-t-il de façon exponentielle, de façon qu'un peu partout en France et à l'instar des centres pour alcooliques anonymes, s'ouvrent des centres de soins qui prennent en charge nos sœurs mythomanes anonymes. C'est en effet un pur scandale que de voir cette catégorie de citoyennes ainsi dépouillées de leur droit à la calomnie et à la diffamation. Réagissons, mes ami.e.s ! Ces femmes ont comme tout-un-chacun le droit de s'exprimer. Aussi cher et fidèle lectorat, je vous invite tous à tendre la main à une mythomane anonyme. Manifester notre solidarité envers ces femmes, c'est ça le véritable "vivre ensemble" !

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Jeu 6 Juin - 18:10

Dernière pétition des enragées

Plus de deux ans après #MeToo, on continue à enjoindre les femmes à porter plainte ou à se taire, on continue à reporter les responsabilités sur les victimes, toujours la même omerta (...) une femme qui révèle les violences subies est présumée a priori coupable de mentir, et ce au moins jusqu’à ce qu’elle porte plainte : "Porte plainte ou ferme-la !". La réputation d’un agresseur présumé compte toujours plus et inquiète toujours davantage certains que la sécurité physique, mentale et le soutien à la victime présumée.

https://www.nouvelobs.com/droits-des-femmes/20190606.OBS14011/femmes-portez-plainte-ou-taisez-vous-a-jamais.html

"La même omerta", nos staliniennes osent tout ! Dire que les dénonciatrices seraient considérées a priori comme des menteuses est infâme et mensonger. L'histoire est à l'exact inverse : c'est les néo-féministes qui depuis le début baratinent que toute dénonciation est parole d'évangile. Toute dénonciation anonyme est a priori suspecte et rien d'autre, comment pourrait-il en être autrement ? Le reste concernant on ne sait quel jugement définitif est du ressort de leurs habituelles calomnies. C'est l'anonymat qui est critiquée, et rien d'autre. Et à cela on n'a jamais entendu la moindre réponse. Et elle est dans ce silence, la fameuse "omerta", et nulle part ailleurs : dans cette façon de regarder ailleurs voire d'insulter l'autre dès que son propos gêne. Le problème est effectivement la réputation de gens livrés à la vindicte populaire, la délatrice étant elle bien planqué derrière son anonymat. Et tant que nos pseudo féministes ne répondront pas à ça - et ça fait deux ans qu'elles n'y répondent jamais - qu'elles aillent se faire voir : personne n'a à échanger avec des fascistes qui nient le réel et refusent toute discussion.

Ensuite, elles nous parlent de situation professionnelle, admettons... sauf que c'est pour encore trafiquer l'histoire : un exemple où effectivement on peut se passer de plaintes en justice ne corrobore en rien leur baratin initial : elles évitent encore et toujours le problème en parlant "d'autre chose" et un point c'est tout.
Si une entreprise ou une collectivité a des informations pouvant laisser penser qu’il existe du harcèlement, une agression ou un viol en son sein, elle doit agir vite. Vite c’est 2 mois, réagir c’est lancer une enquête interne et indépendante qui permet de vérifier les faits. L’enquête doit permettre de qualifier les éventuelles violences, leurs fréquences et d’identifier s’il existe un risque pour les personnes du collectifs.
Personne n'est contre ça, j'imagine. Sauf que là on est dans un système où les gens sont nommés et où au il n'y a pas dissymétrie dès le départ. Une femme réelle porte plainte contre un type réel et une enquête est menée en interne. Pourquoi pas. Sauf que d'enchaîner sur la suite est inacceptable, une enquête interne n'est pas plainte aux flics mais ne correspond en rien à de la délation anonyme ! Sont-elles complètement abruties ou cherchent-elles à nous beurrer le mou ? On sait plus quoi penser à ce stade de n'importe quoi :
Des élus femmes et hommes en responsabilité n’ont toujours pas compris que les violences sexuelles n’ont rien de privé, que c’est affaire de santé et de sécurité publique, de justice et d’égalité, que le fait même de "parler" met la victime (présumée) dans une situation de danger et de fragilité extrême, que renvoyer cette parole au seul espace judiciaire équivaut souvent à une condamnation au silence, que la démarche du dépôt de plainte est laborieuse et que les violences sexuelles créent des mémoires traumatiques.
On a donc pris un exemple d'entreprise pour justifier que la plainte à la police n'est pas la seule acceptable, et en douce on revient à l'apologie de la délation anonyme (quelle odeur) ! Sinon oui c'est acceptable de dire que les violences faites aux femmes sont affaire de justice, et non ça veut pas dire pour autant qu'il faille éliminer l'aspect privé en soumettant n'importe quoi au caniveau des réseaux sociaux. Le routage de gueule continue. Quant aux mémoires traumatiques, il n'y a pas que les violences physiques qui y amènent, puisque ça aussi, elles l'évitent sans jamais être foutues d'en dire un mot. Alors on parle de quoi dans ce cas : de public ou de privé ? Ah bon, d'un seul coup ça devient privé ? Mais quel pipo ! Quant à la "fragilité extrême", elle est égale à zéro quand la dénonciation est anonyme. Non m'dame, personne n'est traumatisé d'avoir écrit sous pseuso qu'untel est un salaud. La fragilité, c'est quand les personnes sont nommées, quand elles risquent de se voir contredites voire dénoncées : c'est un tout petit peu ça le principe de la Justice figurez-vous, mesdames les staliniennes. Et aujourd'hui, la fragilité elle est du côté du type sur lequel une anonyme a écrit "porc" et qui doit se balader avec ça sur le front. A ce stade de l'histoire, c'est lui la victime et la délatrice la coupable. Et si elle estime légitime de lui faire porter ce fardeau, alors oui : qu'elle ait le courage d'aller en justice au lieu de se planquer !
Et si des femmes, pour des raisons qui les regardent, n'osent pas porter plainte, aidez-les en inventant des solutions au lieu de trafiquer sans cesse le réel d'un baratin informe qui amalgame sans cesse tout et n'importe quoi.

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Mar 11 Juin - 18:00

Neymar (suite et fin)

Le nouvel avocat de la plaignante contre Neymar se désengage à son tour : "Ma cliente a une posture totalement contraire à l’éthique, au bon sens et à la vérité", explique-t-il. C'est ici dans l'Obs.


Affaire suivante.

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Jeu 20 Juin - 3:22

Et encore un sondage de propagande néo-féministe !


83 % jugent que #MeToo a eu un impact positif sur la libération de la parole des femmes.
L'honnêteté m'oblige à admettre que c'est possible.

57 % d’entre eux estiment que le mouvement peut contribuer à améliorer les relations entre les sexes.
No comment

Pour 42 %, la responsabilité du violeur est atténuée si la victime a une attitude jugée provocante en public.
La responsabilité n'a pas à être "atténuée" : forcer une femme, c'est un choix dont la victime est en droit d'attendre qu'on en porte l'entière responsabilité. Maintenant ça ne doit pas empêcher les "circonstances atténuantes" qui elles portent sur l'agresseur et son univers psychique seul (et non la victime). Si les néo-féministes acceptaient d'entendre "responsabilité atténuée" ainsi, on pourrait trouver un terrain d'entente, mais je ne crois pas que ce soit le cas. Pas question de transiger sur l'idée de "circonstances atténuantes".

Pour près d’un tiers d’entre eux, [la responsabilité est atténuée] si elle a déjà eu des relations sexuelles avec lui.
De quoi on parle ? De types qui croient qu'une fille leur appartient quand ils ont couché une fois avec elle ? De couples où un beau jour la fille dit non ? Ça n'a rien à voir. C'est au cas par cas et ça s'appelle la justice.

La crédibilité de la parole des victimes est également remise en cause  : 37 % des sondés estiment qu’elles peuvent accuser à tort par déception amoureuse, et 28 %, pour attirer l’attention.
Donc entre 63 et 72 % des sondés trouvent normal que les innocents d'Outreau aient fait deux ans de prison. Dis l'Ifop, je t'explique : quand on dit "victimes", c'est après un procès. Et là, la parole n'a (a priori) plus à être mise en cause. Sinon on dit "plaignante"... voire "anonymes"  Rolling Eyes . Les mots ont un sens.***

Pour 22 % des interrogés, les viols seraient le fait de malades mentaux ou de marginaux, ce qu'une essayiste et militante féministe qualifie "stratégie d’altérisation"  : le violeur, c’est l’autre.
L'usage du mot dépend du sens qu'on donne à "malade mental". Quant à dire que le violeur, c'est l'autre, encore faudrait-il l'appliquer à tous et à toutes, c'est-à-dire aux femmes aussi ! Sinon ça n'a pas de sens.

92 % savent que forcer une personne à avoir un rapport alors qu’elle refuse et ne se laisse pas faire est un viol (contre 96 % en 2016) . Tandis que dans la précédente enquête, 83 % des interrogés qualifiaient de viol le fait de forcer sa partenaire ou sa conjointe à un rapport qu'elle refuse, ils ne sont plus que 79 % en 2019.
Félicitations les filles, à force de raconter n'importe quoi, les gens ne savent même plus ce qu'est un viol ! A propos, la fille qui disait qu'un type sur trois était un agresseur sexuel, elle en est où de sa thérapie ?

64 % estiment que les femmes ont besoin d’être amoureuses pour envisager un rapport sexuel.
Le sondage est biaisé, il suppute que les hommes auraient dans l'idée qu'ils ont moins besoin d'être amoureux pour baiser et que seuls les plus féministes d'entre eux seraient capables de reconnaître la même chose pour les femmes. Sauf que ça veut rien dire, "les femmes", c'est du blabla néo-féministe. Il y a "des femmes", et certaines ont besoin d'être amoureuses, d'autres pas.


https://www.liberation.fr/france/2019/06/19/en-2019-les-mythes-sur-le-viol-ont-la-vie-dure_1734512


EDIT : la confusion sur ce que c'est qu'un viol est encore pire que je pensais (je viens de lire le sondage lui-même). A la question : "Pour chacun de ces comportements, dites-moi comment vous personnellement vous le qualifieriez ?"... 54% des gens pensent que réaliser des attouchements sexuels (toucher son sexe, ses seins, ses fesses) alors que la personne est en état d’ébriété, droguée ou endormie et incapable d’exprimer son consentement est un viol (juridiquement c'est une agression sexuelle).
A force de raconter que des conneries, voilà le résultat de vos idioties, mesdames les néo-féministes ! En clair, 54% des gens ne font plus la fifférence entre mettre une main aux fesses et violer une femme. Bravo bravo bravo ! Voilà qui va remonter le moral aux malheureuses qui se font violer, merci pour elles et beau travail. Ça pourrait vous inciter à réfléchir mais je sais bien que ne le fera pas. Une autre fois alors ?

*** Autre point, en recopiant la formulation de Libé, j'ai raillé sur le terme de "victime" au sujet de "la parole des victimes". Le libellé du questionnaire est quand même moins débile. Il est le suivant : "Selon vous, est-il très , assez, peu ou pas du tout fréquent que des personnes fassent les choses suivantes (accuser par déception, pour attirer l'attention etc) ?", ce qui n'a strictement rien à voir. Vous avez donc aussi réussi à mettre la confusion dans la tête des (jeunes) journalistes, mesdames ! Encore bravo...

Le sondage est ici.


chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Ven 28 Juin - 12:53

Interview (ancienne) de Sylviane Agacinski


Les théories sur le genre expliquent que notre sexe n’est qu’une construction que chacun devrait pouvoir déconstruire pour inventer sa propre identité… Qu’en pensez-vous ?

Agacinski. Elles sont justes en partie. Dans la mesure où le genre désigne le statut et le rôle des hommes et des femmes dans une société, c’est en effet une construction historique et culturelle. Ce qu’il faut défaire, c’est la vieille hiérarchie entre hommes et femmes. En revanche, cette déconstruction n’abolit pas la différence sexuelle.
La limite, c'est la vie même ! En tant qu’êtres humains, nous ne pouvons pas éradiquer la dissymétrie des sexes. Un homme et une femme ne sont pas sexuellement interchangeables, un père n’est pas l’équivalent masculin d’une mère. Je refuse le naturalisme selon lequel le sexe déterminerait notre destin social ou intellectuel, mais il serait naïf de croire que le sexe peut être intégralement fabriqué par la société. Nous sommes des êtres vivants d’une certaine espèce, dotés d’un certain corps. Nous sommes sexués et destinés à mourir. C’est ainsi.
Il y a d'ailleurs une ressemblance entre l’ascétisme ancien et le rapport moderne et technique au corps : l’un et l’autre tendent à réduire la dimension charnelle de la vie. Le christianisme des premiers siècles rêvait que les enfants puissent se faire sans sexualité, le désir serait ainsi hors jeu. Dans la modernité, il s’agit d’exercer un pouvoir sur le corps grâce à des techniques : on veut tout obtenir, y compris le plaisir sexuel et la fabrication d’enfants. Seulement, la volonté n’est pas le désir.
Dans « L’Amant de Lady Chatterley », D.H. Lawrence met en évidence la différence entre trouver le plaisir au cours d’une relation érotique avec quelqu’un et se donner du plaisir en se servant du corps de quelqu’un comme d’un simple moyen. Le désir, c’est un trouble délicieux et une promesse de plaisir. Notre époque néglige le désir lui-même. Peut-être une manière inconsciente de se tenir à l’abri de la chair, une façon de remplacer la volupté par la volonté. Pourtant, le vertige le plus intense de la sexualité ne se maîtrise pas. Le plus grand plaisir, dans l’amour, c’est d’être emporté par quelque chose de plus fort que la volonté, qui passe par la relation à l’autre.


Vous écrivez qu’on se fourvoie si on envisage les mères porteuses comme un progrès pour l’humanité...

Agacinski. Est-ce que louer son ventre est un progrès ? On confond certaines avancées techniques, comme l’insémination artificielle, la fécondation in vitro etc, avec un contrat au terme duquel une femme s’engage à vivre une grossesse pendant neuf mois et à accoucher d’un bébé qu’elle remettra aux commanditaires. Cela n’est jamais gratuit. Porter un enfant, est-ce un job ? Une simple fonction, séparable de l’existence personnelle ?
Une propagande existe qui fonctionne selon une rhétorique sentimentale : on parle de don alors qu’on est dans un baby business mondial, et on en appelle comme toujours à la générosité féminine. C'est un langage mystificateur pour masquer la réalité. On parle de "gestation" pour faire croire qu’une grossesse serait une fonction utilitaire, et on ajoute "pour autrui" pour faire de ce "service" un acte généreux.


Un projet de loi envisage de pénaliser les clients de la prostitution. L'abolitionniste n’est-il pas irréaliste ?

Agacinski. On ne peut sans doute pas supprimer toutes les formes de prostitution mais le pire serait de légaliser. Cela ouvrirait une porte encore plus grande aux marchés du sexe, aux proxénètes. Etre abolitionniste, c’est aider les femmes qui le veulent à sortir de cette situation. Et c’est aussi poser le principe que les êtres humains ne sont pas des objets de consommation. Au nom de quoi pense-t-il que le corps des femmes doit être mis sur le marché pour assouvir les fantasmes d'un client ? Toutes les associations féministes sont abolitionnistes. Ce sont les mêmes qui militent pour la légalisation de la prostitution et pour celle des mères porteuses. Le choix des femmes est une illusion : 90 % des prostituées en France sont des étrangères sans travail, happées par le trafic, recrutées souvent par des moyens très violents. Le reste des femmes, celles qui disent choisir la prostitution, le font généralement en désespoir de cause : elles ont besoin d’argent.

http://www.elle.fr/Societe/Interviews/Sylviane-Agacinski-Jamais-la-technique-n-abolira-le-desir-2616480

J'aime bien Agacinski, et je suis d'accord avec tout ce qu'elle dit, avec une mention spéciale pour le très joli exemple de Lawrence tiré de Lady Chatterley. Tout sauf sur la volonté d'abolir la prostitution. La phrase : "Le reste des femmes, celles qui disent choisir la prostitution, le font généralement en désespoir de cause : elles ont besoin d’argent", est d'ailleurs un argument d'une faiblesse affligeante : on pourrait évidemment dire la même chose de 80% des métiers. En outre c'est pas pour assouvir des "fantasmes de clients" que la majorité des hommes (ou des femmes d'ailleurs) ont recours à la prostitution, mais bien évidemment pour cause de misère sexuelle (de plus, avec son système, à la fin on abolit tout sauf les call-girl réservées aux seuls riches : une belle hypocrisie). Enfin l'abolitionnisme en question ne fait que cacher les choses en transférant la profession de la rue vers internet. Tout le monde le sait très bien. Ce qui démontre sans nul doute possible que l'abolitionnisme n'est rien d'autre que de la propagande pour instaurer une idéologie en norme (ce qui fait des néo-féministes les idiotes utiles d'un régime soumis au diktat inconscient de sa propre pensée totalitaire, de mégalos prétendant tout savoir qui se croient en droit d'imposer leur petite opinion à l'ensemble de la société au lieu de faire leur job et de s'occuper de politique).
Un mot encore : non, c'est pas forcément les mêmes qui sont pro-GPA et non abolitionnistes. C'est pas juste une question d'être libre de faire ce qu'on veut. Je suis non-abolitionniste (et pas pour la raison qu'on fait ce qu'on veut) et contre la GPA.

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Dim 30 Juin - 12:28

PMA pour toutes

La PMA, jusqu’ici réservée aux couples hétérosexuels infertiles, est élargie à toutes les femmes, quel que soit leur statut familial. L’enfant pourra enfin accéder à l'identité du donneur qui a permis sa conception, si celui-ci l’a accepté.
Les opposants sont déjà sur le pied de guerre. (...) Sylviane Agacinski  brandit l’épouvantail de bébés sans père ni mère, dans un avenir sexuellement indifférencié. Nulle trace d’homophobie dans cette diatribe, bien sûr. Mais quand même la conviction qu’un enfant, au fond, c’est un papa et une maman. Point barre. Au total mépris de la réalité.

https://www.nouvelobs.com/edito/20190629.OBS15134/pma-pour-toutes.html

J'imagine que madame Tatu est quand même au courant que sans un monsieur et une dame, pas d'enfant, et que cet état de fait à quelque chose à voir avec "la réalité" ? On lui souhaite.
Bref, Agacinski plaide certes pour la famille traditionnelle, j'ai pas lu pour autant qu'elle s'insurge à ce point contre la PMA : c'est la GPA qu'elle refuse catégoriquement. Par contre elle militait un temps pour que l'enfant issu d'une PMA puisse accéder à l'identité du donneur. Qu'en pensait madame Tatu à l'époque ? J'en sais rien mais aujourd'hui cette revendication fait partie de la loi sur la PMA. Tant mieux. Il y a donc l'idée qu'un enfant puisse "avoir droit" à une filiation paternelle... comme donc le souhaitait Agacinski.

A se demander qui est "déjà sur le pied de guerre" dans cette affaire (à propos, le point-barre à la fin est de trop, chère madame). C'était déjà la même chose avec le mariage pour tous, quand Agacinski (qui n'était pas contre, selon wiki, je me souviens plus exactement) avait osé plaidé que la famille, c'était quand même mieux avec une mère et un père, elle s'était fait agonir d'injures par tout le lobby néo-féministe, gay et compagnie. "Ferme ta gueule, vieille réac", lui avaient-ils dit en substance. Une conception du dialogue un peu particulière on va dire, et dont j'ai déjà dit deux mots ici.

Enfin pour éviter tout interprétation douteuse, je me permets de vous suggérer, chère madame, qu'une virgule eût été plus clair qu'un point dans l'extrait suivant : "Nulle trace d’homophobie dans cette diatribe, bien sûr. Mais quand même la conviction qu’un enfant, au fond, c’est un papa et une maman. Point-barre".
Et ce afin qu'on comprenne sans la moindre ambiguïté que la première phrase n'est pas ironique... et ne relève donc pas de la pure calomnie. Sans vouloir vous offenser bien sûr.

A part ça je suis complètement pour la PMA (et encore désolé d'avoir osé nuancer les choses). Ceci dit, je le suis encore plus pour adopter les pauvres mioches de l'assistance publique ou d'ailleurs, parce que la transmission du sacro-saint patrimoine génétique n'est bizarrement pas ce qui me passionne le plus, dans ces affaires que certains qualifient d'affectives...

Je vous laisse méditer à tout ça, madame Tatu. Bonne réflexion !


Paix et amour

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Dim 7 Juil - 11:17

Féminicide

Muriel Robin a interpellé le président de la République et dénoncé le manque d’action du gouvernement : "Je dis au président : combien coûte la vie d’une femme ? Là, c’est de la non-assistance de personne en danger. Ça se punit. Il faut attendre quoi ? 74 assassinats… 140 à la fin de l’année. On fait quoi ? On attend dix ans ? Il ne faut plus que [les féminicides] soient [rangés avec] les chiens écrasés [dans les journaux], mais [dans les gros titres]. Ce n’est pas une femme qui est morte, mais un homme qui a assassiné une femme. Il y a tout à faire".
Cent trente femmes sont mortes en 2017 en France sous les coups de leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami, contre 123 en 2016, selon des données communiquées par le ministère de l’Intérieur. A ces chiffres, il faut ajouter 25 enfants tués dans le cadre de violences conjugales, et 151 tentatives d’homicides au sein du couple.

https://www.nouvelobs.com/societe/20190706.OBS15541/muriel-robin-je-dis-au-president-combien-coute-la-vie-d-une-femme.html

On comprend bien que le thème, ce soit les violences conjugales et en particulier celles faites aux femmes, qui sont inadmissibles et qu'il faut combattre. Ceci dit, en arriver au déni d'ajouter à ce problème les 25 enfants tués tout en omettant soigneusement le nombre d'hommes eux-même tués, fallait oser ! Que des hommes assassinent des femmes, je l'entends bien. Mais quand les femmes assassinent des hommes, il faut employer quel mot alors ? Parce que "féminicide" est un terme légalement absurde. Personne sauf un fou ne tue une femme parce qu'elle est une femme. La réalité, c'est que des gens en arrivent à tuer leur conjoint, et c'est le conjoint qu'on tue, pas la personne en tant que "femme". A la limite, je préfère "crime passionnel", même si je veux bien accorder que "passion" ne soit pas toujours très adéquat non plus ! En tous cas, ça n'omet pas la dimension de la vie quotidienne. Ça resitue le crime dans un contexte bien réel, qu'on appelait autrefois "vie privée", avant que celle-ci ne soit jetée en pâture au réseaux sociaux par les chiennes de garde du néo-féminisme.
"Féminicide" c'est de la propagande : ça décontextualise et donc coupe de la réalité, c'est inique. Alors que la réalité de toutes ces affaires, c'est que les procès qui en découlent ne font justement QUE tenter de contextualiser les choses afin d'en comprendre les tenants et aboutissants et de juger le moins mal possible. Enfin théoriquement, quand la justice fait son travail et ne cède pas à la mode néo-féministe.
Récemment, j'ai vu passer ici une affaire où une femme, après trois ans de préventive pour avoir tué son mari, est sortie le soir même du verdict. Par les temps qui courent, c'est pas demain la veille qu'un tel verdict sera appliqué à un homme. Cinq jurés sur six étaient des femmes. J'admet ne pas bien connaître l'affaire : il semble en tous cas que le type la frappait, et peut-être aurais-je voté avec ce juré presque exclusivement féminin. En attendant la femme a tué son conjoint d'un coup de carabine en pleine tête et l'a emmuré ensuite dans du ciment, et la Cour a conclu que c'était un "accident", qu'elle ne savait pas que la carabine était chargée. Elle l'a condamné à trois ans, déjà effectués donc. Un "accident" sanctionné par trois ans de prison, voilà qui démontre l'absurdité où l'on en est arrivé !
Mais au moins l'affaire a-t-elle été contextualisée : aux antipodes du machin appelé "féminicide" qui veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Se battre contre les violences faites aux femmes, tout le monde est d'accord. Jouer avec les mots pour dire les drames de la vie privée, non : ça va pas !

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par chapati le Mar 9 Juil - 9:49

Des minuscules petits inconvénients de la délation institutionnalisée (affaire n° 14.729)

Kevin Spacey évitera-t-il un procès pour agression sexuelle ? Le dossier pénal contre l’acteur a pris un sérieux coup après que son accusateur a décidé de ne plus témoigner à la barre de peur de s’incriminer.

C’est dans une station balnéaire très prisée de la jet-set que Spacey est soupçonnée d’avoir mis la main sur le sexe d’un jeune homme de 18 ans employé dans un bar, après l’avoir fait boire. Le jeune homme a utilisé son portable pour filmer l’agression présumée.
Or ce téléphone, que la défense veut pouvoir examiner, a disparu. Un policier a affirmé l'avoir rendu après en avoir extrait toutes les données, mais a reconnu n’avoir pas demandé de récépissé. La famille, elle, affirme ne l’avoir jamais récupéré. Interrogé sur ce qu’il avait fait du téléphone et des messages, le jeune homme a assuré ne rien avoir effacé. Mais, averti que toute manipulation du téléphone pouvait lui valoir des poursuites, il a invoqué le 5e amendement de la Constitution américaine, qui permet à un témoin de garder le silence pour ne pas risquer de s’incriminer.
Le juge n’a pas pris de décision lundi, mais la défense a prévenu qu’elle allait demander l’abandon des poursuites. Le procureur n’a pas exclu un abandon, mais a demandé au juge une semaine pour décider.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/07/08/le-dossier-d-agression-sexuelle-contre-kevin-spacey-menace-de-s-effondrer_5487031_3210.html

La carrière de Kevin Spacey, aujourd'hui anéantie, rebondira-t-elle pour autant ?

Vous le saurez la semaine prochaine en suivant les aventures de #metoo !



EDIT : abandon des poursuites contre Kevin Spacey le 17 juin.


Dernière édition par chapati le Jeu 18 Juil - 9:35, édité 1 fois

chapati
Admin

Messages : 531
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

#balancetonporc - Page 3 Empty Re: #balancetonporc

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum