#balancetonporc

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par chapati le Ven 31 Aoû - 20:11

Depardieu
Gérard Depardieu, est à son tour accusé de viols et agressions sexuelles par une jeune comédienne. La plaignante est une comédienne et danseuse d'une vingtaine d'années qui n'a pas souhaité s'exprimer.
"Gérard Depardieu conteste absolument avoir commis la moindre infraction ou le moindre comportement délictueux", selon son avocat Hervé Temime.
 Le réalisateur Dominique Besnehard a émis des doutes sur l'accusation et apporté son soutien à Gérard Depardieu, "personnage rabelaisien, baroque mais aussi attentionné". Sur sa page Facebook, il écrit : "A quel moment ces apprenties comédiennes arrivistes vont elles cesser de proférer des accusations pour se faire connaître."
La réponse est simple, quand ça leur coûtera bonbon de diffamer les gens. Quand elles risqueront par exemple ce qu'est en train de subir Tariq Ramadan. Pas avant. Risquer un mois de salaire pour sortir de l'anonymat, c'est encourager la délation.
Ou alors quand on n'encouragera plus n'importe qui à dénoncer anonymement n'importe qui. C'est-à-dire quand le mouvement #metoo sera définitivement discrédité à force de scandales.

chapati
Admin

Messages : 320
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par chapati le Sam 15 Sep - 10:26

La première du raout organisé par Marlène Schiappa a été un brin parasitée par les détracteurs médiatiques de #MeToo.
L’université d’été du féminisme, organisée par Marlène Schiappa s’est déroulée exactement comme on pouvait s’y attendre. Les expertes, les représentantes d’associations et les militantes ont exposé des propos constructifs dans une ambiance sereine ; les «figures controversées» ont tenu des discours insensés qui n’ont fait que rabaisser la teneur des débats.
Dans la première table ronde consacrée aux actions nécessaires à mettre en place après #MeToo, le capitaine de police Laurent Boyet a tout de même été obligé de rappeler à la journaliste-essayiste Peggy Sastre que «#MeToo ne fait pas peur aux hommes, mais aux agresseurs».
De même, la philosophe Martine Storti a dû utiliser son – précieux – temps de parole pour rétorquer à Elisabeth Lévy que non, «le récit délivré par #MeToo n’est pas victimaire puisque les femmes osent justement prendre la parole», que non, «il n’y a indifférenciation des sexes dans les inégalités de salaires, dans le harcèlement, dans les agressions», que non, «le féminisme n’a pas largement gagné mais que le combat ne fait que commencer».
Sans parler du prof beau parleur Raphaël Enthoven, invité en grand seigneur pour monologuer seul sur scène durant vingt minutes – et non débattre autour d’une table –, qui en a profité pour expliquer au reste de la salle ce que devaient être le féminisme et ses manières d’exister.
Bien sûr, ces blablateurs à buzz n’ont pas totalement confisqué les deux jours de débats. Reste tout de même à espérer que la deuxième édition affine son casting pour que les féministes n’aient plus à justifier de leurs combats avant d’entrer dans le vif du sujet.

http://www.liberation.fr/france/2018/09/14/universite-d-ete-du-feminisme-cherchez-la-flamme_1678802

Les vingt minutes d’Enthoven n’ont donc pas « totalement » rempli les deux jours de débat (où l’on apprend que les néo-féministes savent compter). La prochaine fois, vous n’aurez qu’à interdire la participation à tout ceux qui sont pas d’accord, et débattre juste entre « expertes » (de celles pour qui un homme sur trois est un agresseur, j’imagine), c’est comme ça qu’on faisait sous Staline et c’était très efficace... et c’est pas des valeurs démocratiques qui vont vous faire réfléchir, pas vrai ? Sinon, mieux, vous n’avez qu’à voter des lois pour les mettre en prison, tous ces gens « au discours insensé » qui osent ne pas penser comme vous.

Oui #metoo, ça me fait peur, et je suis psychologiquement à l’opposé de tout ce qui peut ressembler à un « agresseur ». Et ce qui me fait peur, c’est le sectarisme, le fascisme : #metoo c’est une secte de délatrices anonymes, qui partout d’ailleurs commencent à se retrouver poursuivies pour diffamation. Une insulte aux femmes aussi, particulièrement à celles qui se sont fait violenter, violer, déchiré, humilier, traumatiser. Beauvoir disait qu’on ne naît pas femme, on le devient ? Vous avez du boulot !

Quant aux « propos constructifs » qui auraient été émis : pas une ligne (on aurait été étonné du contraire). Vous avez donc parfaitement exprimé la seule chose qui vous tenait à cœur, la seule chose que vous avez à dire : « ouin ouin, y’a des gens qui pensent pas comme nous, comme moi... j’ai raison et il faut les faire taire : il faut faire taire toute forme d’altérité ». C’est la définition exacte du fascisme.

chapati
Admin

Messages : 320
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum