Heidegger

Aller en bas

Heidegger

Message par chapati le Ven 26 Oct - 4:36

Zuhandenheit/Vorhandenheit. Die «Fundamentalontologie» M. Heideggers unterscheidet zwei Gegebenheitsweisen äußerer Gegenstände. Die Kategorie ‹Z.› dient dabei als praxeologisch-verdinglichungskritischer Gegenbegriff zur Gegebenheitsweise theoretischer Gegenstände, die – und mit ihnen die «Welt» – nach Heidegger traditionell als «vorhanden» vorgestellt wurde. Heidegger begreift die Seinsart der «Vorhandenheit» als abgeleitet von der primären Begegnisart der «Umweltdinge» im Alltag, der Z.. Im Mittelpunkt der Z. steht der herstellend-tätige Umgang, in dem die Gegenstände nicht als Dinge, sondern als Zeug (s.d.) begegnen. «Die Seinsart von Zeug ... nennen wir die Z.». Sie hat den Charakter der «unauffälligen Vertrautheit» und bewegt sich stets in holistischen Kontexten, bezogen «nicht auf ein isoliert zuhandenes Zeug ..., sondern auf das Zeugganze». «Der besorgende Umgang kann überhaupt nur Zuhandenes umsichtig begegnen lassen, wenn er so etwas wie Bewandtnis, die es je mit etwas bei etwas hat, schon versteht». Der hantierende Gebrauch behandelt die Gegenstände nicht theoretisch, doch bildet dieser Umgang das Fundament ihrer möglichen Theoretisierung auch in der Wissenschaft. Das Erkennen «dringt erst über das im Besorgen Zuhandene zur Freilegung des nur noch Vor+handenen vor». Wie der Pragmatismus (s.d.) begreift Heidegger die Thematisierung von zuhandenem Zeug als etwas Vorhandenes als Ergebnis einer Störung im praktischen Verlauf. Sie kann bestehen in einem «Auffallen», einer «Aufdringlichkeit» oder «Aufsässigkeit» eines Zuhandenen, welches unverwendbar, fehlend oder im Wege ist: «Das ratlose Davorstehen entdeckt als defizienter Modus eines Besorgens das Nur-noch-vorhandensein eines Zuhandenen». Allerdings besteht der «Umschlag» des ursprünglich Zuhandenen in Vorhandenes in der modernen Wissenschaft in mehr als nur dem «Verschwinden der Praxis», nämlich in der bewußten «Thematisierung» eines Gegenstandes als eines vorhandenen. Diese gründet in einem bestimmten «vorgängigen Entwurf seiner Seinsverfassung» – nämlich im «mathematischen Entwurf der Natur».

chapati
Admin

Messages : 363
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heidegger

Message par chapati le Ven 26 Oct - 11:38

Quod Heidegger in nazi ? Inde alii parasiti tam saevi rapit ! Ad rem magni momenti sit philosophia, ex philosophia, sed philosophia nihil aliud.
Et quod Heidegger philosophum ? ... et videtur quod non tollit a me, ne dormientes.
Habet, et oblitus es : et nunc suite, varios patientes coactus est, sed usque amicissimus superiora philosophia, quae ad forum considerans hunc reperit minus: elitist ego latine scribere solum ut desiderium meum, qui .E bene literatum, et nota esse multilingual.

chapati
Admin

Messages : 363
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heidegger

Message par chapati le Dim 11 Nov - 13:08

Afin d'éclairer plus avant mon aimable lectorat sur Heidegger, je me suis permis de prendre un extrait de la traduction d'un dénommé Martineau, qui m'a l'air sérieuse, que j'ai ensuite explicité au plus serré afin que nulle ambiguïté ne subsiste plus (jamais) dans la compréhension de cet auteur (Heidegger, pas Martineau), que j'ignore pourquoi certains trouvent difficile.

Un postulat de base d'abord :
La réalité, dans l’ordre des connexions ontologiques de dérivation et dans celui d’une mise en lumière catégoriale et existentiale possible, doit être rapportée au phénomène du souci.
Ici Heidegger veut dire que, si l'on a bien fixé le boitier de dérivation, pas de souci : la connexion est censée fonctionner de façon phénoménale [une ampoule de 40 watts devant suffire, ndlr].


Ce point acquis, autre texte important :
Cela dit, c’est seulement aussi longtemps que le Dasein est, autrement dit aussi longtemps qu’est la possibilité ontique de la compréhension d’être, qu’« il y a » de l’être. Si le Dasein n’existe pas, alors l’« indépendance », alors l’« en-soi » n’« est » pas non plus : il n’est ni compréhensible, ni incompréhensible. Alors l’étant intramondain n’est pas à son tour découvrable, ni ne peut se trouver dans le retrait. Alors l’on ne peut ni dire que l’étant est, ni qu’il n’est pas. Mais maintenant qu’est la compréhension de l’être et avec elle la compréhension de l’être-sous-la-main, il peut parfaitement être dit qu’alors l’étant continuera d’être.
Heidegger nous explique ici qu'il est bon de ne pas chercher midi à quatorze heures. Sage conseil que je suis à la lettre, malgré mon goût pour l'effort. Comme il le synthétise remarquablement (avec toujours cet humour qui caractérise son œuvre) : "les choses ne sont ni compréhensibles ni incompréhensibles".
Un point donc bien clair.

Enfin, "les choses"... il est question d'étangs bien sûr (au vu du milieu aquatique dans lequel nage le Berlin de l'époque, tout le monde l'aura compris). La différence ? "Etang" c'est le mot philosophique. Quand nous, on dit : "tiens, une chose" ; les philosophes, ils disent : "tiens un étang". Les philosophes, à l'instar des crapauds et des libellules, aiment d'ailleurs se prélasser le soir venu le long de l'étang.


Heidegger chez des amis au début des années trente, photo zygma


Bon la suite, c'est encore plus fastoche (je le mets juste à titre indicatif).
que la réalité se fonde ontologiquement dans l’être du Dasein, cela ne peut pas vouloir dire que du réel ne pourrait être comme ce qu’il est en lui-même qu’à condition que et aussi longtemps que le Dasein existe.
(le mieux, c'est de l'apprendre par cœur)


Enfin je dis "la suite", c'est façon de parler, il y a un ordre aussi.
En fait la phrase du dessus (si, c'est une phrase) est avant ce qui précède, et doit s'insérer après ce qui inaugura cette intervention. Insérer est d'ailleurs un abus de langage puisque le début n'étant forcément entre rien, difficile de dire où la suite peut s'insérer, ce d'autant que parler de "suite" est litigieux
(mais non, là c'est moi qui parle, et pas une traduction de Martineau : ça va pas, je raye).



Peu importe, j'ai pitié, je remets tout dans l'ordre, vu que vous avez l'air un peu fatigués. Mais ensuite et après cette somme, vous pourrez plus dire que vous connaissez pas Heidegger !
La réalité, dans l’ordre des connexions ontologiques de dérivation et dans celui d’une mise en lumière catégoriale et existentiale possible, doit être rapportée au phénomène du souci. Mais que la réalité se fonde ontologiquement dans l’être du Dasein, cela ne peut pas vouloir dire que du réel ne pourrait être comme ce qu’il est en lui-même qu’à condition que et aussi longtemps que le Dasein existe.
Cela dit, c’est seulement aussi longtemps que le Dasein est, autrement dit aussi longtemps qu’est la possibilité ontique de la compréhension d’être, qu’« il y a » de l’être. Si le Dasein n’existe pas, alors l’« indépendance », alors l’« en-soi » n’« est » pas non plus : il n’est ni compréhensible, ni incompréhensible. Alors l’étant intramondain n’est pas à son tour découvrable, ni ne peut se trouver dans le retrait. Alors l’on ne peut ni dire que l’étant est, ni qu’il n’est pas. Mais maintenant qu’est la compréhension de l’être et avec elle la compréhension de l’être-sous-la-main, il peut parfaitement être dit qu’alors l’étant continuera d'être.
Et voilà le travail ! Ouf, c'est clair maintenant (merci qui ? merci Martineau !).


PS : Sinon pour mon lectorat allemand, je me suis permis de retraduire depuis Martineau (on m'excusera de certaines approximations, je ne parle pas allemand) :
Allerdings nur solange Dasein ist, das heißt die ontische Möglichkeit von Seinsverständnis, »gibt es« Sein. Wenn Dasein nicht existiert, dann »ist« auch nicht »Unabhängigkeit« und »ist« auch nicht »An-sich«. Dergleichen ist dann weder verstehbar noch unverstehbar. Dann ist auch innerweltliches Seiendes weder entdeckbar, noch kann es in Verborgenheit liegen. Dann kann weder gesagt werden, daß Seiendes sei, noch daß es nicht sei. Es kann jetzt wohl, solange Seinsverständnis ist und damit Verständnis von Vorhandenheit, gesagt werden, daß dann Seiendes noch weiterhin sein wird.



Martineau (1802 - 1876)



(et toujours pas de nouvelles d'Asia Bibi, je m'inquiète moi)

chapati
Admin

Messages : 363
Date d'inscription : 28/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://philodeleuze.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heidegger

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum